L’Union Européenne des radios et télévisions adopte une position commune sur l’IA générative

55

A l’initiative de France Télévisions, quatre comités (Infos, Technique, Numérique et Juridique) de l’UER, Union Européenne des radios et télévisions regroupant 113 organisations dans 56 pays, ont approuvé une position commune sur l’IA générative en publiant sur son site un texte présentant les enjeux majeurs pour les médias de service public.

En donnant la priorité à l’intelligence artificielle en 2024 et en publiant ce document stratégique, l’UER souligne la nécessité d’une coopération entre les régulateurs, les développeurs d’IA et les médias.

Dans ce texte, les Comités Information, Technologies, Numérique et juridique de l’UER présentent les enjeux majeurs de l’IA générative pour les médias de service public et notent les impacts positifs et négatifs potentiels de l’IA générative sur la capacité des médias de service public à fonctionner correctement. Ils appellent à une approche coordonnée couvrant trois domaines stratégiques :

– L’utilisation des données : Les médias doivent pouvoir décider si et comment leur contenu est utilisé. Les fournisseurs d’IA doivent être clairs sur l’utilisation des données des médias et s’assurer que les titulaires des droits n’ont pas d’objections à cette utilisation.

– L’attribution et l’affichage de la source : Une attribution claire et correcte des sources par les outils d’IA en renvoyant au contenu des médias et en offrant aux utilisateurs la possibilité de choisir des sources fiables.

Visibilité / vérification : Une vraie coopération entre les fournisseurs d’IA, les intermédiaires et les organisations de médias pour assurer la visibilité des médias fiables et diversifiés (surtout les médias d’intérêt général), développer et promouvoir des solutions sûres et sérieuses pour vérifier l’origine du contenu (comme les normes de provenance C2PA), identifier et retirer rapidement la désinformation et les contenus illégaux.

«L’intelligence artificielle est LE grand enjeu de l’heure pour les médias de service public, qui veulent tirer pleinement parti de cette technologie dans l’intérêt général. Pour atteindre cet objectif, régulateurs, développeurs d’IA et médias doivent nouer et entretenir un dialogue ouvert et identifier un objectif commun. C’est justement ce que nous préconisons dans le document stratégique de l’UER sur l’IA générative et les médias de service public. Nous y exposons notre conception (incluant certaines «ignes rouges») d’un avenir dans lequel les MSP doivent pouvoir continuer à répondre aux attentes de la société européenne», déclare Eric Scherer, Directeur du MediaLab de l’information à France Télévisions et président du News Committee de l’UER.