M.C. SARAGOSSE (France Medias Monde) : «Nos téléspectateurs sont des citoyens du monde»

645

La chaîne publique d’information internationale France 24 fête cette semaine ses dix ans d’existence avec une programmation spéciale. Détails et enjeux à venir avec Marie-Christine SARAGOSSE, PDG de France Médias Monde (RFI, France 24 et Monte Carlo Doualiya).

média+ : Entre CNN International, BBC World News et Al Jazeera, comment France 24 se positionne-t-elle stratégiquement dans ce paysage international des chaînes d’information ?

Marie-Christine SARAGOSSE : France 24 a une ligne éditoriale très singulière. Notre signature «Liberté, Egalité, Actualité» exprime notre différence. Nous couvrons l’actualité, y compris en zone dangereuse pour donner la parole à ceux qui ne l’ont pas. Nous voulons éviter que le silence s’abatte sur des pans entiers de notre planète, en étant au cœur du monde et en ayant le monde en cœur. Nos téléspectateurs sont des citoyens du monde. Chacun des 183 pays dans lesquels nous sommes distribués possède une culture différente et des niveaux de technologie distincts, ce qui nous conduit à adapter nos modes de diffusion selon les zones géographique notamment. Parce que nous sommes une chaîne qui rassemble tant de cultures différentes, nos codes télévisuels sont classiques. Le fond prime sur la forme. Du point de vue des budgets, France Médias Monde est à un peu plus de 250 M€, contre le double pour BBC World et BBC World News. Entre 2016 et 2020, BBC World touchera d’ailleurs 339 M€ supplémentaires, contre 23,1 M€ pour nous.

média+ : Qui regarde France 24 ? Quelles sont les cibles ? Où est-elle la plus consommée ?

Marie-Christine SARAGOSSE :  France 24 est n°1 des chaînes d’info en Afrique. Elle se situe dans le peloton de tête au Maghreb. La chaîne est regardée au moins une fois par semaine par un leader d’opinion sur cinq au Proche et Moyen-Orient. France 24 progresse en Europe quand d’autres chaînes d’info internationales régressent. Elle est aussi regardée en France puisque nous avons près de 3 millions de téléspectateurs en audience cumulée mensuelle, mais elle aussi très consommée en Italie, car diffusée sur la TNT nationale. On intéresse toutes les franges des populations, notamment en Afrique où l’ensemble des habitants consomment France 24, et bien sûr la chaîne « surperforme » chez les CSP+ et les dirigeants.

média+ : Avec 51 millions de téléspectateurs mesurés en 3 langues chaque semaine, quel objectif visez-vous ?

Marie-Christine SARAGOSSE :  Les 51 millions de téléspectateurs sur France 24 sont mesurés dans 64 pays sur 183. Pour des raisons de coût, on ne peut pas comptabiliser tous les territoires. On touche donc potentiellement plus de monde. Nous ne sommes ni mesurés dans les deux millions de chambres d’hôtels dans lesquelles nous sommes, ni dans tous les aéroports de Paris et ses 85 millions de voyageurs annuels. France 24 connaît une croissance de +22% en 3 ans et se positionne en tête des médias français sur Facebook. On a un rapport qualité-coût très performant.

média+ : France 24 en espagnol, c’est votre prochain gros pari ?

Marie-Christine SARAGOSSE : La chaîne disposera d’une rédaction implantée à Bogota (Colombie), composée d’une équipe multinationale représentative de toute l’Amérique latine mais avec des liens culturels et linguistiques avec la France, et le soutien d’un large réseau de correspondants répartis sur le continent. Une autre équipe basée à Paris sera en charge des contenus «France» et «International». Elle bénéficiera de l’expertise de la rédaction de RFI en espagnol, et certaines productions communes TV/Radio seront développées. Notre filiale France Medias Monde Latina est enregistrée au registre du commerce colombien. A l’occasion du lancement de la saison culturelle croisée France-Colombie, nous partons la semaine prochaine à Bogota. Ce sera l’occasion de faire des repérages des locaux et de rencontrer nos prestataires techniques.

média+ : Quel est votre investissement dans le numérique ?

Marie-Christine SARAGOSSE : Outre Mashable, les sites RFI Musique et RFI Savoirs, on continue dans cette voie numérique en direction des jeunes et de l’internet citoyen. Financé par la Commission Européenne, le site InfoMigrants, que nous allons monter avec Deutsche Welle et l’Ansa, vise à informer ces populations, leur donner la parole, leur offrir des solutions d’apprentissage des langues…