M.O. FOGIEL (BFMTV) : «Nous essayons en permanence de ne pas entretenir de climat anxiogène»

693

Particulièrement suivie, BFMTV vit à l’heure du coronavirus en dédiant l’ensemble de ses programmes à cette situation exceptionnelle. La rédaction poursuit son offre de reportages sur le terrain, selon les règles strictes de gestes barrières, afin de recueillir des témoignages. Pour connaître les dispositifs mis en place, média+ s’est entretenu avec Marc-Olivier FOGIEL, Directeur général de BFMTV.

MEDIA +

Comment se porte la rédaction de BFMTV pendant cette situation inédite de pandémie ?

MARC-OLIVIER FOGIEL

La chaîne s’est organisée de façon à couvrir quasiment 24h/24 la crise sanitaire actuelle. A ce jour, nous n’avons plus qu’une seule et même rédaction. Tout le monde est au service de la même antenne. Notre organisation a donc été complétement remodélisée de manière à ce que chacun puisse être en période de confinement. Pour les journalistes, qu’ils travaillent en fixe ou en rotation, ils ne viennent que 4 jours au lieu de 5 pour qu’ils restent confinés 3 jours. Il y a donc des alternances et quelques personnes en télétravail. Les JRI qui partent sur le terrain ne repassent pas par la rédaction. Ils fonctionnent en binôme avec du matériel dédié. Nous sommes en ordre de marche pour répondre au besoin d’information du téléspectateur.

MEDIA +

Cette semaine, BFMTV a réuni en moyenne près de 18 millions de Français en cumulé par jour …

MARC-OLIVIER FOGIEL

Exact ! Notre chaîne poursuit sa mission d’information en rassemblant sur la semaine 33,8 millions de téléspectateurs et signant 4,9% de part d’audience nationale (du 19 et 22 mars). Première chaîne de France entre 6 heures et midi, la durée d’écoute par individu atteint près d’1 heure par jour. Ce sont des audiences très fortes, à la hauteur du besoin d’information du pays. Parmi nos carrefours d’audience, il y a la matinale et l’interview de Jean-Jacques Bourdin, le 9-12h, le 18-20h et le 22h30-minuit.

MEDIA +

A l’antenne, comment traitez-vous la crise de Covid-19 ?

MARC-OLIVIER FOGIEL

Nous essayons en permanence de ne pas entretenir de climat anxiogène. A ce titre, nous voulons être le plus factuel possible, en répondant au maximum de questions et en ayant des angles précis. On ne souhaite pas être un robinet ouvert à «blabla» avec des gens qui débattent sur la crise. Ce n’est pas notre modèle. BFMTV se doit d’être le plus informatif possible.

MEDIA +

Que privilégiez-vous pour vos invités? Présence en plateau ou duplex ?

MARC-OLIVIER FOGIEL

Un peu des deux ! En plateau, nous faisons en sorte de ne pas avoir plus de 4 interlocuteurs en même temps afin de conserver la distanciation sociale d’1m50 entre chaque personne. Sur les tranches de talk entre 17h et 21h, nous privilégions les invités en plateau. Mais sur le reste de la journée, nous multiplions les connexions par Skype, FaceTime et WhatsApp. Nous ne faisons pas de forcing aux invités pour qu’ils viennent en studio.

MEDIA +

Quelles mesures sanitaires avez-vous mises en place en plateau et en régie ?

MARC-OLIVIER FOGIEL

Elles sont très nombreuses ! La nouvelle grille est adaptée aux conditions sanitaires avec la séparation des binômes de présentateurs en journée. Pour les tranches de 4 heures, le binôme n’est plus assis l’un à côté de l’autre. Nous privilégions le micro posé sur la table au micro-cravate. Le matériel est désinfecté́ en permanence. Le gel hydro alcoolique est utilisé́ systématiquement à l’entrée et sortie du plateau. Il y a même une prise de température à l’entrée du bâtiment et l’obligation de se laver les mains à des endroits précis. En régie, un réassort systématique de bonnettes casques et de micros clearcom neufs a été mis en place. Il y a évidemment la désinfection systématique des postes en régie à chaque rotation. Ce n’est que quelques mesures parmi tant d’autres.

MEDIA +

Et sur le terrain ?

MARC-OLIVIER FOGIEL

Les JRI ont chacun leur propre micro, une perche pour interviewer les interlocuteurs à distance, mais aussi un stock de bonnettes perpétuellement renouvelé́, sans oublier la désinfection du matériel de tournage lorsque le reporter revient du terrain.

MEDIA +

Quelle synergie mettez-vous en place avec les autres médias du groupe Altice ?

MARC-OLIVIER FOGIEL

Tous les jours, nous faisons le point avec les antennes du groupe Altice. On bénéficie des forces vives, tous métiers confondus, d’autres antennes comme RMC Sport ou BFM Paris. Il y a donc des synergies d’équipe mais aussi des synergies de contenus. L’appui d’autres rédactions du groupe vient pallier les absences ou les difficultés que nous pourrions rencontrer. Nous avons donc dimensionné les rendez-vous à la hauteur de ce que nous pouvons produire. Nous sommes suffisamment solides pour ne pas fermer des moments d’antenne.