M. VERGNE (DMLS TV) : «Une dizaine de pays ont déjà pris des options sur ‘La chanson secrète’»

337

Lancée fin 2018 sur TF1, «La chanson secrète» produite par DMLS TV et dont un nouveau numéro est prévu samedi 11 janvier, s’est rapidement imposée en matière de divertissement. Focus sur cette production et les projets de DMLS TV avec son président, Mathieu VERGNE.

media+

Création originale de DMLS TV, comment «La chanson secrète» est-elle parvenue à s’imposer sur TF1 ?

Mathieu VERGNE

A la rentrée 2018, nous cherchions à proposer un nouveau programme pour TF1. L’idée de départ a évolué au fil du temps. Au démarrage, le principe consistait à voir deux artistes qui s’échangeaient leur chanson et se l’interprétaient l’un devant l’autre. Au cours du développement, on a rajouté de l’émotion, des proches et le fauteuil. Fin décembre 2018, le premier numéro voit le jour et rencontre son public (23% de pda, 5,1 millions de téléspectateurs et 35% de pda sur les FRDA, ndlr). Par la suite, TF1 resigne deux nouveaux numéros tournés cette fois-ci en juin 2019. La copie a été retravaillée avec une programmation plus éclectique et des mises en scène plus personnalisées. Nous travaillons avec le metteur en scène Rabah Aliouane trois mois en amont, et avec l’agence D/Labs pour l’habillage vidéo et les murs d’images. On cherche à s’approcher des techniques d’écran et de lumières de l’opéra. Samedi 11 janvier, le 5ème numéro sera diffusé sur TF1 en Prime. Plus tard dans l’année, deux autres émissions seront mises en boîte.

media+

Parvenez-vous à exporter «La chanson secrète» à l’étranger ?

Mathieu VERGNE

Une dizaine de pays ont déjà pris des options. Nous avons fait confiance à Matthieu Porte (Vivendi Entertainment) qui distribue le format. La Finlande tourne sa version à la fin du 1er semestre 2020. Nous avons de très bonnes touches en Allemagne, en Angleterre et en Italie où nous avons rendez-vous avec des producteurs et des diffuseurs.

media+

Quelle est votre stratégie de développement chez DMLS TV ?

Mathieu VERGNE

La société a plus de 20 ans d’existence. Anne Marcassus, mon associée, a produit de nombreux Prime pour toutes les chaînes. Mais ces dernières années, il a fallu faire face à la concurrence de formats étrangers comme «The Voice» ou «Incroyable Talent». En parallèle, nous assistons à un bouleversement dans le milieu musical avec un clivage entre des artistes qui plaisent aux jeunes et d’autres qui séduisent les plus âgés. Parmi les meilleures ventes albums, il y a ceux qui font du streaming et ceux qui vendent des disques. Le public de la télévision a toujours privilégié l’achat de CD. Il est plutôt âgé et achète de moins en moins de musique. Voilà pourquoi les soirées spéciales autour d’artistes fonctionnaient moins. Du coup, nous devons réinventer le modèle en nous appuyant sur le savoir-faire et le carnet d’adresse d’Anne Marcassus, et l’expérience que j’ai pu acquérir sur les formats.

media+

Quels sont vos autres projets ?

Mathieu VERGNE

On attend la décision de TF1 pour lancer la production d’un nouveau numéro de «La chanson challenge», format qui a d’ailleurs été optionné en Allemagne et en Italie. Son retour dépendra aussi du lieu dans lequel nous tournerons «La chanson de l’année». Pour France 2, nous sommes les coproducteurs de «La Lettre» avec Franck Saurat (Carson Prod). Deux autres numéros sont en préparation. Nous travaillons aussi avec France 3 autour d’unitaires comme nous avons pu le faire avec «Rendez-vous avec Julien Clerc».

media+

Un mot sur «Les Enfoirés» ?

Mathieu VERGNE

Ce n’est pas une émission produite par DMLS TV. En revanche, c’est un programme dont la directrice artistique est Anne Marcassus. Une partie de notre équipe travaille dessus de manière bénévole. Les producteurs des Enfoirés sont les Restos du Cœur.