«Maison des Rocheville», une saga familiale française sur cinq générations

    136

    «La maison des Rocheville», série «événement» de la rentrée de France 2, raconte l’histoire d’une famille française d’aristocrates sur cinq générations, de la fin du XIXème siècle à 1968, minée par un lourd secret et ballottée par les grands bouleversements historiques. France Télévisions a mis les moyens, avec un budget de 12 millions d’euros, cinq mois de tournage, près de 1.500 figurants, une centaine de comédiens et autant de décors. Librement inspirée de la trilogie «Le vieux port» de Yann de l’Ecotais, cette série sera diffusée à partir du 28 septembre, en première partie de soirée. L’histoire démarre en 1894 avec le départ précipité et inexpliqué de Joseph de Rocheville, le chef du «clan». Meurtre, enfant caché, trahison, vengeance, amour seront au menu de l’histoire des Rocheville sur les 70 années suivantes, que le téléspectateur suivra en cinq épisodes de 90′. Comme fil rouge de la série, un secret bien gardé qui ne sera dévoilé qu’au cinquième épisode.Pour ajouter au mystère, la maison des Rocheville, «Villeblanche», est un personnage à part entière: elle parle avec Victor (Alexandre Brasseur), l’héritier de la dynastie. «On n’est pas pour autant dans un film de maison hantée, c’est plus poétique, plus symbolique que cela. C’est au fond l’histoire de l’amour que porte un homme à une maison et à une terre», selon Julien Sarfati, le scénariste. A travers cette fiction, le réalisateur Jacques Otmezguine espère surtout «faire voyager le téléspectateur dans le temps de l’histoire de la France».