Marché de la musique enregistrée en recul

389

Le marché de la musique enregistrée a reculé de 5,6% au cours des 9 premiers mois de 2011 mais les ventes numériques continuent de progresser fortement (+ 22,7%), selon les chiffres présentés mercredi par le Syndicat national de l’édition phonographique (Snep). Sur les 9 premiers mois de l’année, le marché de gros de la musique enregistrée a représenté au total 321,3 millions d’euros contre 340,4 millions d’euros pour la même période de l’année précédente, a précisé David El Sayegh, directeur général du Snep lors d’un point presse. Les ventes physiques continuent de s’effondrer avec une chute de 12,2% à 242,2 millions d’euros (275,9 millions d’euros en 2010). En revanche, les ventes numériques augmentent de 22,7%, à 79,1 millions d’euros, «une tendance qui devrait se confirmer» dans les mois à venir, ont estimé M. El Sayegh et le président du Snep, Denis Ladegaillerie. La part du marché du numérique s’établit désormais à 24,6% contre 18,6% en 2010. Sur ce segment, les revenus tirés des abonnements ont bondi de 87,9% à 17,7 millions d’euros, et représentent désormais 22,5% des revenus numériques, contre 14,6% au cours des neuf premiers mois cumulés de 2010. Les revenus du streaming (diffusion en continu) financés par la publicité ont augmenté de 45,7% à 9,8 millions d’euros et représentent 12,4% des revenus numériques contre 10,4% pour les neuf premiers mois de l’année 2010.