Netflix va produire en 2015 sa 1ère série française, «Marseille»

125

 

Le géant américain Netflix, leader mondial de la vidéo en ligne sur abonnement, qui débarque très bientôt en France, va produire en 2015 sa première série française, «Marseille», l’histoire d’une bataille «au couteau» pour la mairie. Netflix a fait appel à des valeurs sûres de la télévision et du cinéma français : la série sera écrite par Dan Franck, scénariste de la série «Les Hommes de l’ombre» et de «Carlos», le film d’Olivier Assayas. Les deux premiers épisodes seront réalisés par Florent Emilio Siri («Cloclo», «L’Ennemi intime»). Autre réalisateur prévu, Samuel Benchetrit. Cette série en huit épisodes, qui selon Netflix «brouille les frontières entre cinéma et télévision», racontera «le pouvoir, la corruption et la rédemption dans la cité phocéenne» autour d’une bataille pour la mairie, et sera diffusée exclusivement sur Netflix fin 2015 dans tous les pays où le service est disponible. Le groupe, qui lancera son service en France le 15 septembre prochain depuis son siège au Luxembourg, puis aux Pays-Bas, est régulièrement critiqué par les pouvoirs publics français qui l’accusent de vouloir s’abstenir de financer la création française, une obligation imposée en revanche aux chaînes de télévision hexagonales. Ce n’est pas la première fois que Netflix produit une série locale dans un pays où il s’implante : il a déjà créé en 2012 une série américano-norvégienne, «Lilyhammer», une comédie sur un mafieux new-yorkais qui s’installe en Norvège, qui était sa toute 1ère création originale.  Netflix a commencé depuis 2012 à produire quelques séries originales, ce qui lui permet de les diffuser aussitôt, sans problème de droits. Sauf quand il a vendu les droits aux télévisions locales, comme sa série phare «House of Cards», vendue en France à Canal+ en exclusivité et qu’il ne pourra donc pas proposer à ses abonnés français. «Marseille» raconte l’affrontement entre Robert Taro, maire de la ville depuis 25 ans, et son adversaire politique pour la mairie, «un jeune loup aux dents longues»,  une «lutte au couteau tournant autour de la vengeance et animée par les barons de la drogue, les politiciens, les syndicats et les acteurs politiques de la ville», promet Netflix. «Marseille» est produit par la société parisienne Federation Entertainment, productrice des séries françaises «Dolmen» et «Sous le soleil». Selon Dan Franck, cité dans le communiqué, «Netflix nous donne carte blanche pour créer un «House of Cards» à la française qui fait voler en éclats les faux-semblants». «En France, l’industrie du cinéma actuelle a tendance à se cantonner à la comédie ou au «cinéma d’auteur», les séries offrent aux réalisateurs la possibilité d’explorer et d’exprimer leurs talents, voilà pourquoi j’ai hâte de travailler sur «Marseille»», a commenté Florent Emilio Siri. Samuel Benchetrit se dit lui «fou de joie et honoré de participer à Marseille, de créer une série originale, forte et unique en son genre». «Travailler avec Netflix permet aux artistes et aux créateurs de démocratiser les films et les séries en France comme à l’international», ajoute-t-il dans le communiqué de Netflix. Pour le producteur Pascal Breton, «Netflix nous offre l’occasion idéale de raconter cette histoire d’un point de vue typiquement français, en y associant certains des meilleurs scénaristes et réalisateurs du pays et entièrement produit en France». «Marseille pourrait bien être l’un des événements télévisés les plus marquants des prochaines années», espère-t-il.