«New-York Times» devrait investir dans des drones pour recueillir des informations

204

Une dizaine de médias américains, dont le «New York Times», le Washington Post et NBC Universal, ont annoncé jeudi qu’ils allaient joindre leurs efforts pour tester des drones qui doivent leur permettre, à terme, de recueillir des informations. Signe de cet engouement pour les engins volants pilotés à distance: la chaîne d’informations en continu CNN a annoncé cette semaine qu’elle allait de son côté s’allier à l’université de Georgia Tech pour, elle aussi, mener des tests avec des drones. Pour leurs tests, le «New York Times», mais aussi le Washigton Post, Associated Press ou encore Getty Images, vont collaborer avec l’université de Virginia Tech. Leur initiative vise à mettre en oeuvre des «scénarios grandeur nature dans lesquels les médias ont recours à de petits drones», ont-ils expliqué dans un communiqué. Virginia Tech, située à environ 400 km au sud-ouest de Washington, fait partie d’un petit nombre d’institutions autorisées à mener des tests avec des drones à usage civil. Selon Rose Mooney de Virginia Tech, la collaboration avec les médias pourraient mener in fine à «des procédés rapides, efficaces et peu onéreux de recueillir l’information, qui permettra aussi de ne pas mettre les journalistes en danger». Contrairement à d’autres pays, les Etats-Unis interdisent l’utilisation des drones par le secteur privé tant qu’une réglementation stricte n’aura pas été définie.