P. BRANCO (Turner) : «Cartoon Network poursuit son offensive en matière de séries originales»

512

Pierre BRANCO, Vice-Président et Directeur Général de Turner France, Afrique et Portugal

A l’occasion de ses «upfronts» américains, Cartoon Network – qui fêtera en 2017 ses 25 ans d’existence aux Etats-Unis – annonce toujours plus de productions originales pour les mois à venir. Les studios de la chaîne ont dévoilé quatre nouvelles séries originales et le renouvellement de sept autres créations maison. Tour d’horizon de la logique d’investissement avec Pierre BRANCO, Vice-Président et Directeur Général de Turner France, Afrique et Portugal.

MEDIA +

Dans un paysage audiovisuel morcelé, quelle est votre logique d’investissement pour vos chaînes jeunesse ?

PIERRE BRANCO

Elle est offensive ! Notre stratégie est de proposer beaucoup de nouveautés originales qui vont se distinguer par leur caractère unique et créatif. C’est toute la démarche que nous avons sur Cartoon Network avec nos studios. Il s’agit d’un choix assumé d’intensifier la production originale. Plutôt que d’acheter des contenus sur le marché, ce qui entraîne d’ailleurs une forte concurrence, notre conviction est de créer. Nous nous appuyons sur une équipe de talents, et cela nous permet d’annoncer le lancement de quatre productions originales dans l’année à venir. Autre signal très fort, le renouvellement de sept nouvelles saisons de séries à l’antenne. Cela représente au total 250 épisodes inédits qui seront proposés sur la chaîne en France. Miser sur un volume conséquent de contenus originaux dans l’ADN de notre chaîne est un point fondamental.

MEDIA +

Quelle est la marge de manœuvre de la filiale française concernant le choix des séries mises en production?

PIERRE BRANCO

Nous nous reposons sur un réseau international puissant. Cartoon Network est une marque qui partage des valeurs communes dans tous les territoires du monde. Nous y retrouvons de la créativité avec des univers mêlant humour et inattendu. Les enfants veulent être surpris. Les productions de nos studios sont parfaitement en phase avec ce positionnement. Selon les pays, nous adaptons les formules, rajoutons des productions locales, rachetons des programmes supplémentaires et travaillons la programmation.

MEDIA +

Le positionnement de Cartoon Network est-il conservé ?

PIERRE BRANCO

Oui, parce qu’il est clair et performant. Première chaîne jeunesse sur les garçons sur le marché français, en constante progression, Cartoon Network a gagné 26% d’audience sur 1 an. Dans un univers d’abondance et de profusion de contenus, nous avons une identité appréciée et reconnue par les enfants. Le cœur de la proposition, c’est l’animation originale. On ne peut pas séparer la chaîne Cartoon Network de son studio. Les deux fonctionnent en parfaite symbiose. Les nouvelles séries sont portées, pour la plupart, par des créateurs très jeunes. Parmi les nouveautés, «Apple & Onion», dont le créateur a travaillé sur «Le Monde Incroyable de Gumball». Pour «Craig of the Creek», c’est le duo Matt Burnett et Ben Levin, anciens scénaristes de la série «Steven Universe» qui est à l’oeuvre. «Summer Camp Island» a quant à elle été créée par Julia Pott qui a également collaboré sur «Adventure Time». Enfin, issue de son cursus de développement de programmes courts, «OK KO ! Let’s Be Heroes» compète la liste des nouveautés de la chaîne.

MEDIA +

Vos autres chaînes (Boing, Boomerang, Toonami) fonctionnent-elles sur des modèles différents ?

PIERRE BRANCO

Oui! Boomerang s’appuie fondamentalement sur le studio Warner Bros. Sa capacité de production est d’une grande force car elle mise sur les stars du dessin animé comme Bugs Bunny, Scooby-Doo, les Looney Tunes. Des personnages intemporels mais renouvelés en permanence avec de nouvelles séries. Pour Toonami, nous nous appuyons également sur Warner Bros Animation avec tout l’univers DC Comics. Après, on ne s’interdit pas d’aller chercher des programmes qui nous paraissent pertinents sur le marché. C’est le cas des contenus Marvel.

MEDIA +

Lancée l’année dernière, Toonami est-elle parvenue à s’installer ?

PIERRE BRANCO

Toonami est un succès beaucoup plus grand et plus rapide que ce que nous avions imaginé. La chaîne est aujourd’hui distribuée sur toutes les plateformes de télévision payante en France. Ce succès résulte d’un point clair : nous avons rempli un vide qui existait sur le marché vis-à-vis des fans de super-héros. Nous avons étendu la proposition avec le lancement en exclusivité de «Dragon Ball Super», la dernière production autour des héros de «Dragon Ball». Toute une communauté de fans s’est emparée de la chaîne.

MEDIA +

N’est-ce pas frustrant de rester dans un écosystème totalement payant ?

PIERRE BRANCO

Nos quatre chaînes sont massivement distribuées. CANAL a rendu son offre disponible chez Free, ce qui a étendu très largement la distribution de Cartoon Network par exemple. Notre vocation est d’être vue par un maximum d’enfants. Sur la question payant-gratuit, il y a évidemment une problématique liée au modèle économique. Il s’avère que l’univers du payant nous convient parfaitement parce que nous sommes en mesure de proposer de l’inédit. Dans le même temps, certaines de nos séries, après leur diffusion en payant, ont aussi une vie sur les chaînes gratuites.

MEDIA +

Vos vrais concurrents ne sont-ils pas les acteurs de la SVOD ?

PIERRE BRANCO

L’univers de consommation des enfants est multiple. Il sont à la fois sur les chaînes payantes, gratuites, les plateformes SVOD et sur internet. Nos concurrents sont partout, et cela nous stimule particulièrement. Ce qui va faire la différence auprès du public, c’est la qualité du contenu proposé et non pas la plateforme de distribution. Après, notre travail est de rendre l’accès aux programmes le plus facile possible sur tous les écrans, sans contrainte de temps. Notre stratégie est multiplateformes.