P. CHAPOT (Salon de la Radio) : «Nous voulons amplifier la résonance internationale du Salon de la Radio»

168

Philippe CHAPOT, Fondateur du Salon de la Radio

Du 25 au 27 janvier 2018 , le Salon de la Radio ouvre grand ses portes à l’audio digital, et amplifie encore sa résonance internationale. 6.000 visiteurs sont attendus sur 3 jours, 120 exposants, 100 sessions, débats et ateliers pour 200 intervenants. Détails avec Philippe CHAPOT, Fondateur du Salon de la Radio.

media+

Quelle est aujourd’hui la vocation du Salon de la Radio ?

Philippe CHAPOT

Couvrir de manière assez large tous les métiers de la radio. Pendant trois jours, du 25 au 27 janvier 2018, le Salon de la Radio va accueillir à la Grande Halle de la Villette à Paris, 6.000 visiteurs (dont 25% d’internationaux), 120 exposants, 100 sessions, débats et ateliers pour 200 intervenants. Le salon permet d’offrir à tous les visiteurs un panorama des nouveaux produits, technologies et services qui font la radio et l’audio digital d’aujourd’hui et de demain.

media+

Dans quelle mesure le salon amplifie-t-il sa résonance à l’international ?

Philippe CHAPOT

Après avoir mis à l’honneur l’Angleterre en janvier 2017, nous mettons en avant 4 pays nordiques en 2018 : Norvège, Danemark, Suède, Finlande. La Norvège vient d’ailleurs d’éteindre définitivement la FM. Ils sont pionniers dans l’extinction de l’analogique. Leur couverture RNT est de quasiment 100%. Il était donc intéressant de les recevoir. Ouvrir notre salon à l’Europe faisait partie des objectifs et des demandes de nos visiteurs.

media+

Quelles seront les thématiques traitées ?

Philippe CHAPOT

Nos trois journées seront l’occasion de nous intéresser de plus près à la puissance radiophonique des pays du Nord, avec de nombreuses interventions thématiques: «NRJ Suède, un déploiement national» ; «Le phénomène Spotify et la centralisation des radios en Suède» ; «Le succès international des radios finlandaises grâce à la musique locale» ; «Danemark, des groupes régionaux puissants» ; «Extinction de la FM en Norvège : de l’imagination à la réalité».

media+

Quid de l’audio digital ?

Philippe CHAPOT

Il y a tout un pan de l’économie qui est en train de se développer. Un modèle économique s’installe progressivement sur la publicité en ligne, et notamment au niveau des flux audios. Des pure players comme Deezer et Spotify accueillent pour certains, des playlists de stations de radio. Tout l’intérêt de cette renaissance est de voir comment la radio prend sa place au cœur de cet écosystème de l’audio digital. L’un des axes traités cette année sera celui des assistants vocaux. Ces derniers posent un certain nombre de problèmes pour les radios car elles sont malheureusement trop peu référencées.

media+

Quels seront les enjeux traités lors des autres tables ronde et masterclass ?

Philippe CHAPOT

La monétisation, car c’est le nerf de la guerre du secteur. Pour faire efficacement de la radio, il faut être fort en contenus et avoir une programmation concernante. L’objectif du Salon de la Radio est de faire avancer les questionnements que peuvent avoir les stations de radio. Même des acteurs comme Deezer et Spotify ont des problématiques à régler. L’audio digital coûte cher. Chaque auditeur a un coût. Alors qu’en radio broadcast, FM ou RNT, le coût de diffusion est le même, qu’importe le nombre d’auditeurs. Nous avons deux modèles économiques très différents qui ont leur problématique chacun de leur côté. Les radios ne peuvent plus faire sans l’audio digital, et vice versa.