P. HERGAUT (Nickelodeon) : «On propose des chaînes calibrées et adaptées à l’évolution des enfants»

718

Alors que les fêtes de fin d’année se sont terminées il y a quelques jours, dressons l’état des lieux des chaînes jeunesse françaises. Entretien aujourd’hui avec Pierre HERGAUT, Directeur des programmes et de l’antenne de Nickelodeon, Nickelodeon Junior et Nickelodeon4Teen.

média+ : Quel bilan dressez-vous sur la fin de saison 2016 ? Quels moments forts prévoyez-vous sur vos antennes en 2017 ?

Pierre HERGAUT : La fin d’année reste une période particulièrement concurrentielle durant laquelle beaucoup de chaînes nationales proposent des films familiaux. Face à cela, il est clair que nous avons renforcé notre programmation à travers des films d’animation et des épisodes spéciaux diffusés sur nos trois chaînes : Nickelodeon Junior (qui cible les 3-7 ans), Nickelodeon (à destination des 7-11 ans) et Nickelodeon4Teen (qui s’adresse aux 8-12 ans). En 2017, nous avons décidé à la fois de reconduire et de renouveler les séries sur nos antennes dans un univers où les enfants ont aujourd’hui accès à énormément de contenus. Pour le premier mois de l’année, nous sommes en mesure de proposer sur Nickelodeon Junior, «Les agents Pop Secrets», une nouvelle série d’animation comédie-aventure avec un groupe d’enfants musiciens qui mène des enquêtes en parallèle. Sur Nickelodeon, nous lançons «Cochon, chèvre, banane, criquet», une comédie loufoque de 52X22’ au graphisme coloré et fantaisiste. Et dès le 9 janvier, sur Nickelodeon4Teen, nous diffusons «Ride : une nouvelle vie à cheval», une série de fiction dans l’univers équestre.

média+ : Les contenus de Nickelodeon US sont-ils systématiquement programmés sur vos antennes ?

Pierre HERGAUT : Nous avons la chance de pouvoir nous reposer sur un studio américain qui produit en effet beaucoup de programmes qui s’adressent à toutes les cibles, partout dans le monde. Ceci dit, nous avons la maîtrise de nos choix éditoriaux. Nickelodeon se positionne aux Etats-Unis comme une chaîne généraliste qui touche 100 millions de foyers. En France, nous nous inscrivons dans un univers de télévision payante avec une tendance à la segmentation. Il s’avère que nos chaînes dans l’Hexagone s’ouvrent, de plus en plus, à des contenus non américains. Nous nous impliquons par exemple dans des productions françaises comme «Les Lapins Crétins» ou «Alvin et les Chipmunks».

média+ : «Dora L’exploratrice» était l’une de vos franchises les plus populaires pendant des années. Sur quoi misez-vous aujourd’hui ?

Pierre HERGAUT : Sur Nickelodeon Junior, nous possédons une propriété qui détient déjà une forte notoriété. Il s’agit de la «Pat’Patrouille», un succès mondial aussi bien à la télévision qu’en licensing. C’est l’une des séries préscolaires les plus puissantes en France. Quant à Nickelodeon, nous avons lancé en mai dernier, «Bienvenue chez les Loud» une série d’animation qui rencontre un vif succès chez nous comme aux Etats-Unis. Créée par Chris Savino (déjà producteur de séries à succès telles que «Les Supers Nanas»), la série s’inspire de la propre enfance de l’auteur, ayant grandi dans une famille nombreuse, entouré de sœurs. Drôle et attachante, la série possédera au moins 3 saisons.

média+ : Existe-t-il des vases communicants entre vos différentes chaînes ? Les téléspectateurs les plus assidus passent-ils d’une chaîne à l’autre en fonction de leur âge ?

Pierre HERGAUT : C’est ce que nous essayons de faire. Si vous observez la manière dont nos chaînes sont construites, chacune d’entre elles s’adapte à un public qui lui est spécifique, et qui grandit très vite. On se doit de proposer des chaînes calibrées et adaptées à l’évolution des enfants. Nous ne disposons pas d’études visant à analyser les potentiels vases communicants entre chaînes et téléspectateurs. En revanche, il nous arrive de commander des études qualitatives auprès des mamans mais aussi des enfants quand ces derniers sont suffisamment grands.