P. MARTINETTI (France 3) : « Nous ne cherchons pas à uniformiser nos 24 antennes »

405

Nouvelle offre d’info, nouveau magazine sportif, documentaires et événements … France 3 amplifie son ancrage régional. Comment ce mouvement a-t-il été établi ? Quel impact sur les programmes ? Quelle autonomie pour les 24 antennes ? Réponses avec Philippe MARTINETTI, Directeur du réseau régional de France 3.

MEDIA +

Êtes-vous sur le point de moderniser l’image de France 3 en région ?

PHILIPPE MARTINETTI

Il y a trois ans, nous avons lancé une stratégie de régionalisation des antennes du réseau France 3. Elle s’est appuyée autour de trois grands principes : 1) le renforcement de l’information de proximité, 2) la diversification des formats-programmes avec une autonomie accrue de la programmation pour nos antennes, et 3) l’amplification de l’aspect événementiel des diffusions régionales. Ces trois principes ont dicté notre stratégie éditoriale. Ainsi, la rentrée marque un tournant pour notre réseau : une proximité accrue, une pluralité amplifiée et une distinction affirmée. C’est dans cet esprit que nous avons lancé les nouvelles éditions «ICI», diffusées depuis le 4 septembre.

MEDIA +

Avez-vous des premiers retours de votre nouvelle offre d’info ?

PHILIPPE MARTINETTI

Depuis le lancement des 48 nouvelles éditions d’information – une transformation majeure pour notre réseau – nous avons solidifié la position de France 3 en tant que chaîne de proximité. Nous avons choisi un angle éditorial clair et assumé, intégrant l’actualité à tous les niveaux: régional, national et international. L’objectif est de tisser un lien plus fort avec nos citoyens. Comme Delphine Ernotte Cunci l’a justement souligné, c’est une démarche volontaire de décentralisation. Nous visons une reconquête des territoires pour le service public. Les premiers signes sont encourageants : depuis l’introduction de «ICI 12/13» et «ICI 19/20», les audiences sont au rendez-vous (+40% pour le JT régional de la mi-journée et +17% pour celui du soir). En moyenne, nous avons atteint 14,3% de part d’audience à midi, avec des pics à 15,2%. Les éditions du soir captivent 2,4 millions de téléspectateurs, plaçant ces JT juste derrière les deux principaux journaux de 20h en termes d’audience.

MEDIA +

Des ajustements à prévoir ?

PHILIPPE MARTINETTI

Oui, absolument. Adapter et affiner notre approche est un processus continu. Chaque jour est une nouvelle occasion de perfectionnement. Depuis la mise en place de notre nouvelle stratégie, la direction régionale de l’information est en collaboration constante avec les rédactions régionales sur le terrain. Un fort soutien et accompagnement sont en place pour assister cette mutation profonde, tant culturelle que stratégique. L’un des atouts majeurs de notre approche est le lien étroit entre les équipes régionales et nationales. Nos équipes en région sont véritablement ancrées dans leurs territoires, avec 116 implantations à travers le pays. Leur expertise des dynamiques politiques, sociales et économiques locales est inestimable. En parallèle, nos équipes nationales apportent leur éclairage sur les enjeux plus larges, que ce soit au niveau national ou international. Cette synergie garantit que notre information régionale soit toujours mise en perspective dans un contexte plus global.

MEDIA +

Comment jugez-vous la synergie avec France Bleu sur vos matinales?

PHILIPPE MARTINETTI

Nous avons déjà lancé plus de trente matinales conjointes avec France Bleu, couvrant actuellement 80% des territoires. D’ailleurs, notre 33ème matinale commune aura lieu à Poitiers dans quelques jours, et nous visons une couverture complète d’ici 2025. Notre segment «ICI Matin» de 7h00 à 9h00 est désormais le premier point de contact pour l’information sur France 3. L’harmonie entre nos équipes et celles de France Bleu est indéniable. A présent, nous aspirons à renforcer davantage nos collaborations éditoriales, notamment en mettant l’accent sur les événements, le sport, la culture et le patrimoine. Notre objectif ultime ? Proposer une couverture éditoriale unifiée et complète.

MEDIA +

Les retours et attentes des téléspectateurs régionaux influencent-ils vos décisions concernant les programmes et stratégies ?

PHILIPPE MARTINETTI

Notre mission est de toucher un large public et de proposer un contenu pertinent. Les retours des téléspectateurs sont essentiels pour nous. Selon des études IFOP, 80% des personnes sondées affirment avoir une grande confiance dans l’information locale que nous proposons. Ces données ont notamment influencé notre décision de renforcer notre couverture d’actualités de proximité, conduisant à la création des éditions «ICI 12/13» et «ICI 19/20». De plus, nous avons élargi notre offre sportive régionale au cours des trois dernières années, reflétant la manière dont les enjeux locaux peuvent avoir une résonance nationale. Cependant, il est crucial de souligner que nous ne cherchons pas à uniformiser nos 24 antennes. Chacune conserve une grande liberté quant à ses orientations éditoriales.

MEDIA +

Qu’en est-il du volet digital ?

PHILIPPE MARTINETTI

Nous exploitons pleinement le potentiel du numérique au cœur de la stratégie. Pour preuve, cet été, nos sites régionaux ont enregistré 120 millions de visites, ce qui représente une hausse de 40% en un an. En septembre, on enregistre une hausse de 64% des visites sur le digital (VS septembre 2022). En complément de l’offre TV, nous proposons des articles, des enquêtes et une perspective éditoriale distincte et enrichie sur nos plateformes en ligne.