Pékin envisage de démanteler Alipay, la populaire application de paiement affiliée à Alibaba

29

Pékin envisage de démanteler Alipay, la populaire application de paiement affiliée à Alibaba, et de créer une appli distincte pour les activités de prêt, en pleine croisade contre les pratiques anti-concurrentielles, affirme lundi le «Financial Times». 

Les autorités ont lancé ces derniers mois en Chine une campagne pour freiner ce qu’elles considèrent comme un développement «désordonné» de l’économie, faisant perdre aux compagnies visées des milliards d’euros de valeur boursière.

Ant Group, filiale d’Alibaba qui détient Alipay, avait été le premier à se retrouver dans le collimateur des régulateurs, qui ont depuis étendu leur reprise en main à d’autres secteurs (éducation, divertissement, jeux vidéo, immobilier…). 

Fin 2020, Pékin avait ainsi mis un coup d’arrêt à une gigantesque introduction en Bourse d’Ant Group à Hong Kong. Et sa maison-mère Alibaba, fondée par le fantasque milliardaire Jack Ma, avait par la suite écopé d’une amende de 2,3 milliards d’euros pour abus de position dominante. 

Les autorités veulent à présent scinder l’appli Alipay en deux entités distinctes, l’une pour les paiements et une autre spécifique à la lucrative activité de prêt en ligne, affirme le «Financial Times». Ant Group devra par ailleurs céder ses données utilisateurs liées aux prêts à une agence de notation de crédit, détenue en partie par l’Etat, croit savoir le quotidien des affaires, qui ne cite aucune source. Alipay est une application incontournable en Chine, où le cash a quasiment disparu et l’immense majorité des paiements se font à partir d’un smartphone. Elle domine le marché avec son concurrent WeChat Pay (Tencent). 

Les autorités se montrent particulièrement intransigeantes ces derniers mois contre des pratiques jusque-là largement tolérées et répandues dans plusieurs secteurs dynamiques de son économie, notamment en matière de concurrence. 

Lundi, le ministère de l’Industrie et des technologies de l’information (MIIT) a mis en garde les géants du numérique contre le blocage de liens entre services concurrents et les entraves à l’interopérabilité. 

En Chine, certains systèmes de paiement sont par exemple exclus des applis de commerce en ligne appartenant à un groupe rival. Et des plateformes vidéo bloquent le partage de contenus vers des réseaux sociaux concurrents. Le régulateur chinois des marchés avait annoncé le mois dernier étudier un renforcement de la législation sur ces questions.