Pink TV pourrait disparaître fin mars faute de recapitalisation

    205

    La chaîne Pink TV, destinée à la communauté homosexuelle et diffusée par câble, satellite et ADSL, pourrait disparaître fin mars si la chaîne ne trouve pas le million d’euros qui lui manque, a indiqué lundi sur Europe 1 son P.-D.G., Pascal Houzelot. Interrogé sur le point de savoir si la chaîne était condamnée dans l’hypothèse où elle ne serait pas parvenue à augmenter son capital d’ici la fin du mois, Pascal Houzelot a répondu: «Oui, c’est possible. C’est malheureusement une éventualité qu’il ne faut pas écarter». La chaîne, qui avait réuni un capital de 18 millions d’euros au moment de son lancement fin octobre 2004, s’efforce depuis plusieurs mois d’effectuer une augmentation de capital de 4,5 millions d’euros. Selon Pascal Houzelot, Pink TV a déjà obtenu 3 à 3,5 millions d’euros auprès de ses actionnaires, qui sont les principaux groupes audiovisuels français (Canal+, TF1, M6 et Lagardère Active Medias). «Il n’en manque pas énormément», a estimé Pascal Houzelot. «Ce n’est pas une situation satisfaisante, mais ce n’est pas un drame absolu», a ajouté le P.-D.G. de Pink TV. A cette occasion, Pascal Houzelot a précisé que la chaîne, actuellement payante et qui revendique 100 000 abonnés, envisagait de changer de stratégie avec une partie de ses programmes en clair pendant la journée, et une autre partie, réservée aux adultes, payante la nuit. «Si on est gratuit pendant la journée, on aura un score d’audience tout à fait décent», a souligné Pascal Houzelot. Le P.-D.G. de Pink TV a assuré que lui-même n’était pas en cause dans le cadre des difficultés de la chaîne et que les actionnaires souhaitaient au contraire son maintien à la tête de la société.