Plan d’économies au «Figaro»: 60 départs et rentabilité d’ici 2010

    150

    Le plan d’économies annoncé mardi au «Figaro», qui prévoit notamment 60 à 80 départs volontaires, vise à ce que le quotidien atteigne la rentabilité «sûrement en 2010, peut-être dès 2009», a déclaré le directeur général du groupe Francis Morel. Selon une source syndicale, la direction du «Figaro» a indiqué que le groupe avait été légèrement bénéficiaire en 2007, mais que le quotidien avait perdu 10,5 millions d’euros. Elle a présenté pour ce dernier un plan d’économies de 12 millions d’euros. Sur cette somme, environ 7 millions d’euros proviendraient d’un plan de départs volontaires touchant 60 à 80 salariés sur environ 600, selon les syndicats. La direction n’a pas précisé quelle serait la répartition des suppressions d’effectifs entre journalistes, cadres et employés. Le reste des économies seraient réalisées sur la gestion (papier…). Dans un communiqué, le Syndicat général des journalistes FO (SGJ-FO) a dénoncé un «plan social déguisé». Le plan présenté par la direction «désigne les services concernés (tous sauf la politique et l’économie), les personnes (critères d’âge et d’ancienneté)» et est donc «discriminatoire», explique le syndicat. «Les erreurs de stratégie de la direction mise en place par Serge Dassault (propriétaire du groupe, ndlr) sont supportées par les seuls salariés du «Figaro» quotidien», déplore-t-il. Le SGJ-FO affirme que la direction a déjà engagé une «réorganisation de la rédaction (suppression du cahier sports, suppression de la rubrique «oui/non», réaffectation du service Débats Opinions et du service Etudes au «Figaro littéraire»)», qui «vise en particulier des salariés protégés qui sont toutes des femmes syndicalistes». Le syndicat prévient que cette «réorganisation prématurée» est «susceptible de caractériser un délit d’entrave».