Port du masque: la présidente de Radio France, Sibyle Veil, espère aussi une «flexibilité» pour l’audiovisuel

76

La présidente de Radio France, Sibyle Veil, a espéré mercredi que le port du masque ne serait pas imposé dans les studios de radio, quelques jours après l’annonce par le gouvernement du port obligatoire en entreprise à partir du 1er septembre. Pour l’instant, «on est en attente d’une position des autorités sanitaires sur cette question, même si à l’instar des autres acteurs (de l’audiovisuel) on espère pouvoir avoir une flexibilité» lors de la production des émissions, a-t-elle déclaré lors d’une visioconférence dédiée aux programmes de rentrée du groupe public. Lors de cette conférence, les dirigeants du groupe portaient des masques, qu’ils retiraient à tour de rôle au moment de s’exprimer. Mais Radio France n’a pas pour autant décidé d’imposer le port du masque à ses animateurs et invités, a précisé Mme Veil. «La radio, c’est un métier de la voix, donc du souffle, et le port du masque a des conséquences», d’autant que les radios du groupe filment aussi certaines de leurs émissions, a plaidé la PDG de Radio France. Pour l’instant, «il n’y a pas d’obligation officielle de porter le masque dans les studios», mais «on est extrêmement vigilants à respecter la distanciation, avec un nombre limité de personnes en studios» et des mesures de désinfection renforcées, a souligné Mme Veil. Le gouvernement a décidé la semaine dernière que le masque serait obligatoire dès le mois prochain en entreprise, pour réduire les risques de contamination par le nouveau coronavirus. Mais le secteur audiovisuel s’est mobilisé pour tenter d’obtenir un assouplissement à cette règle. Lundi, la ministre du Travail Elisabeth Borne a précisé que le protocole encadrant le port du masque en entreprise serait publié «au plus tard lundi prochain», et annoncé avoir demandé au préalable un avis du Haut conseil de la santé publique (HCSP) quant à d’éventuelles dérogations qui pourraient être concédées à l’audiovisuel et à d’autres secteurs.