Premier League: « ça valait la peine », dit la patronne du pub victorieuse

488

Karen Murphy, la patronne du pub qui a eu gain de cause face à la Premier League sur l’exclusivité des droits de transmission du foot, s’est dite mardi «soulagée» de l’issue de cette longue bataille juridique qui était un peu «Karen contre Goliath». En 2004, quand elle avait repris le débit de boissons, elle avait annulé le contrat avec le bouquet satellitaire britannique BSkyB. Faisant jouer la concurrence européenne, elle s’était abonnée au grec nova, nettement moins cher, pour pouvoir retransmettre les matches de la Premier League sur écran géant dans son établissement, comme le font beaucoup de pubs. Mais la puissante English Premier League, qui vend les droits de retransmission de ses matchs à BSkyB, avait obtenu sa condamnation par un tribunal anglais. Saisie par la jeune femme, la justice européenne a jugé qu’empêcher les téléspectateurs de la Premier League de regarder les matches grâce à des équipements satellitaires provenant de l’étranger était contraire au droit européen. L’affaire doit maintenant retourner devant la Haute Cour de justice britannique, «mais nous avons fait 90% du chemin», a estimé Karen Murphy.