Rachat d’une partie de la Fox: Disney devient un colosse de Hollywood

533

en rachetant une partie des actifs de son rival 21st Century Fox, le géant du divertissement Disney devient un colosse de Hollywood qui veut faire de l’ombre aux autres studios et repousser l’avancée des pionniers du streaming. L’accord annoncé jeudi prévoit l’acquisition par Disney, déjà studio le plus rentable de Hollywood en 2016, d’une partie des actifs de film et de télévision de 21st Century Fox pour plus de 50 milliards de dollars. «C’est certainement une fusion historique mais ce n’est pas la première fois que deux studios fusionnent, 20th Century Fox est lui-même issu d’une fusion», rappelle le producteur Jean-Luc de Fanti. L’acquisition découle surtout de la volonté de Disney, dont la marque est connue dans le monde entier, d’avoir davantage de pouvoir face aux géants du numérique Netflix, Amazon et, à l’avenir, Google et Apple, et de diversifier les contenus «car le catalogue Disney est assez maigre avec des produits très ciblés famille», ajoute-t-il. L’opération va accélérer la consolidation des studios et marier les superhéros de Marvel, de la saga intergalactique «Star Wars» et des films d’animation Pixar avec les épopées de science-fiction «Avatar», «La planète des singes» ou des mutants de «X-Men». Cela pourrait ouvrir la voie à de super-productions mariant plusieurs univers type «Avengers contre X-Men», plébiscitées par le public. Et les fans de «Star Wars» pourraient enfin acheter un coffret de la collection complète des épisodes, car les deux premières trilogies appartiennent à Fox. Les oreilles de Mickey pourraient bientôt flotter sur les 20 hectares de studios de la Fox, dans le quartier de Century City à Los Angeles, s’ajoutant aux installations de Disney dans son fief de Burbank, au nord de la cité des Anges.La vénérable maison fondée par Walt Disney doit notamment s’emparer de la prestigieuse antenne de distribution de films du magnat Rupert Murdoch, qui a accumulé 27 nominations aux Golden Globes lundi, bien plus que ses autres rivaux combinés. Une des questions qui émeut le secteur du septième art est de savoir si Disney, qui a vendu en 2010 son unité de films d’art et d’essai Miramax, aura les reins suffisamment solides pour garder Fox Searchlight dans son écurie. Ce très respecté distributeur a fait tourner les têtes cette saison avec des titres parmi les plus attendus aux Oscars comme «3 Billboards», «La forme de l’eau» et «Battle of the Sexes». Mais s’il sait décrocher les prix, il n’a pas la puissance au box-office de 20th Century Fox qui a engrangé 826 millions de dollars en 2017 avec seulement trois films: «Logan», «Baby Boss» et «La planète des singes-suprématie».