Radio France confirme la suppression de 299 postes assortie de la création de 76 autres d’ici 2022

53

Radio France a précisé les contours de son plan de départs volontaires et s’est fixé sur la suppression de 299 postes assortie de la création de 76 autres d’ici 2022, a annoncé jeudi la présidente du groupe public. «299 postes seront supprimés et 76 postes seront créés pour intégrer à Radio France des profils indispensables pour garantir notre avenir», précise Sibyle Veil dans un courrier envoyé aux salariés. «Tous les départs seront volontaires (…) J’ai veillé à limiter au strict nécessaire le nombre de départs volontaires de salariés», poursuit-elle. L’annonce de ce nouveau plan d’économies dans le groupe public avait déclenché une grève très suivie au mois de juin. La direction avait avancé le chiffre de 390 suppressions de postes, suivant notamment une recommandation de la Cour des comptes. Un cabinet indépendant, mandaté par le comité social de Radio France, avait qualifié les économies visées de «surdimensionnées», et estimé que 118 postes pourraient être épargnés. Si aucune négociation n’a eu lieu depuis la grève, Sibyle Veil a présenté ce nouvel objectif de 299 postes jeudi matin en comité central d’entreprise, avant de le défendre vendredi devant les salariés. «Dans les prochains mois, nous allons mener la consultation des représentants élus du personnel et la négociation sur les conditions de départ», écrit Sibyle Veil. «Mon objectif est que Radio France continue de conquérir pour être toujours demain la référence de service public – ce que nous sommes aujourd’hui – dans un contexte financier qui, vous le savez, est très contraint», poursuit-elle dans son courrier. «Presque 300 suppressions de postes, c’est insoutenable», a réagi dans un communiqué le syndicat SNJ de Radio France. «Au-delà des critères de départ, ce qui inquiète ce sont les conditions de travail de ceux qui vont rester. Comment faire plus avec moins de personnel?» «Contrairement à ce qu’affirme Sibyle Veil, ce n’est pas une simple réorganisation du service public de la radio. C’est un grave affaiblissement qui nous met à la merci de nos concurrents. Un affaiblissement organisé avant un mariage forcé avec France Télévisions?», interroge le SNJ.Radio France sera réunie début 2021 dans la holding «France Médias», avec France Télévisions, France Médias Monde et l’INA (Institut national de l’audiovisuel). Le plan d’économies de Sibyle Veil vise à anticiper la baisse de la contribution de l’Etat (moins 20 millions d’euros sur quatre ans) et la hausse des charges de personnel, et prévoit d’investir davantage dans le numérique. Ce plan prévoit aussi une réorganisation des rythmes de travail, pour éviter le recours aux CDD.