Radio France : la réhabilitation du bâtiment enfin achevée

91

 La réhabilitation du bâtiment de Radio France est achevée, après près de quinze années de travaux, a annoncé vendredi la direction de la Maison Ronde, marquant la fin d’un chantier pharaonique dont les coûts et retards ont augmenté au fil du temps. 

«2022 marque la fin d’un chantier historique: la réhabilitation de la Maison de la Radio et de la Musique» dont «l’apparence et l’âme originelles» ont été conservées mais qui a été «modernisée sur les plans technique, avec une remise aux normes du bâtiment, mais aussi technologique», précise Radio France dans un communiqué. 

Inaugurée en grande pompe par le général de Gaulle en 1963, la Maison Ronde, au 116, avenue du Président- Kennedy à Paris, avait dû être mise en conformité avec les normes anti-incendie et désamiantée. 

Au total, 90.000 m2 ont été rénovés, dont l’auditorium de Radio France d’une superficie de 2.300 m³ et 1.461 places, 38.000 m2 de bureaux ou le fameux studio 104 qui peut accueillir 856 visiteurs. 

Les discussions concernant ces travaux avaient démarré en 2005. Il était alors prévu de les lancer début 2006 pour une durée de six ans et un coût d’environ 240 millions d’euros. 

Le chantier, initié finalement en 2008, avait été épinglé en 2015 par la Cour des comptes qui pointait «une dérive financière» contribuant au «déséquilibre des comptes de l’entreprise» publique. 

En février 2019, la Cour relevait encore des «allongements de calendrier» – fin des travaux repoussée à 2022 au lieu de 2018 – qui «dégradent le climat social» et «une augmentation continuelle des coûts, désormais portés à 583 millions d’euros». 

Radio France a souligné vendredi que la rénovation de son bâtiment s’achevait «dans le respect du calendrier établi en 2018 et sans dépassement de budget», soit un coût total de 493 millions d’euros hors taxes. 

En 2018, «le projet avait en effet fait l’objet d’une mise à jour pour assurer un pilotage efficace, intégrer les nouveaux enjeux numériques, ainsi que les modes de production de demain» et s’adapter «aux aléas inhérents» à un tel chantier, selon la direction. 

Le conseil d’administration avait alors fixé le coût total maximum de l’opération à 510 millions d’euros, selon un périmètre différent de celui de la Cour des comptes. Un montant que «l’équipe de réhabilitation est parvenue à faire diminuer au fur et à mesure de la modération des risques», a précisé Radio France.