Rue 89 ne semble pas menacé assure Louis Dreyfus

205

«Rue 89» n’est pas menacé malgré de lourdes pertes et se cherche un nouveau modèle, a assuré vendredi Louis Dreyfus, le président du directoire du Monde, propriétaire du site, au micro de France Inter. «L’idée n’est pas de détruire Rue 89 mais de les aider à trouver un modèle au sein du groupe L’Obs», a expliqué Louis Dreyfus, soulignant que, depuis sa création en 2007, le site n’ait «jamais réussi à trouver un modèle économique». Pionnier des sites d’info en France, «Rue89» a vécu des épisodes mouvementés ces dernières années avec un premier rachat début 2012 par L’Obs, avant de changer de main une seconde fois quand le groupe Le Monde a racheté le magazine et ses sites début 2014. «Rue 89» a perdu «entre 800.000 et 900.000 euros en 2015», selon Louis Dreyfus, ce qui représente selon lui «80%» des pertes du groupe L’Obs. Le cofondateur du site Pierre Haski essaie de «trouver un modèle pour «Rue 89» avec des effectifs plus réduits, qui correspondent à peu près au chiffre d’affaires qu’on peut espérer», a indiqué le président du directoire. Les salariés de «Rue 89», devenu une rubrique du site de L’Obs, se sont vus proposer des postes dans les autres titres du groupe. La rédaction du site va être divisée par deux pour n’employer qu’une dizaine de personnes. Interrogé sur le bilan de «L’Obs» depuis sa nouvelle formule parue en 2014 (401.000 exemplaires en moyenne, -13% en 2015), Louis Dreyfus a expliqué que le newsmagazine était «sur la bonne voie» et qu’il lui fallait «trouver du décalage». «Au fur et à mesure que les quotidiens renforcent leur offre magazine (…), c’est très compliqué pour un newsmagazine de défendre son identité, une raison supplémentaire pour les lecteurs d’acheter le journal», a-t-il estimé.