S. GENGOUL (France TV / Pôle Outre-mer) : «La télévision est un média puissant qui pérennise la relation avec notre public»

177

Au sein de France Télévisions, le Réseau des 1ère accompagne la vie quotidienne des Ultramarins pour que chacun puisse s’informer, apprendre, comprendre et se connecter au monde. Au service des Outre-mer, les stations ultramarines de France Télévisions proposent une offre quadrimédia construite sur un principe de convergence entre la télévision, la radio, le web et les réseaux sociaux. Rencontre avec Sylvie GENGOUL, Directrice du pôle Outre-mer de France Télévisions.

MEDIA +

Dans quelle stratégie s’inscrit votre nouvelle offre musicale ultramarine La 1ère Musique ?

SYLVIE GENGOUL

La musique constitue un élément essentiel de notre héritage, reflétant notre identité actuelle et nos aspirations futures. Avec une riche collection de plus de 10.000 titres provenant de l’océan Indien, du Pacifique et des Caraïbes, le pôle Outre-mer de France Télévisions introduit La 1ère Musique, une offre entièrement numérique. Cette initiative s’aligne avec le Pacte de visibilité, visant à promouvoir la diversité musicale et les artistes des territoires ultramarins. La 1ère Musique offre à son public l’accès à une variété de sons à travers cinq webradios, chacune dédiée à une région spécifique des Outre-mer, permettant ainsi une expérience auditive plus personnalisée et immersive. Toute l’offre est disponible en direct sur Deezer, Radioplayer, La1ere.fr, l’appli La 1ère et en playlists sur Spotify.

MEDIA +

Envisagez-vous de la production originale ?

SYLVIE GENGOUL

Absolument ! On a recruté de jeunes animateurs (Teanuanua Paraurahi, Natacha Moustoifa, Délia Coliné et James Odé), quatre voix qui incarnent quatre podcasts inédits, originaux et 100% musique.

MEDIA +

Quelle est la vision stratégique du pôle Outre-mer dans le contexte de transformation digitale et de consommation des médias ?

SYLVIE GENGOUL

Notre priorité est de développer une véritable culture média. Elle se construit sur un principe de convergence entre la télévision, la radio, le web et les réseaux sociaux. Cette offre quadrimédia est un élément absolument fondamental. Selon une récente enquête BVA, il est apparu de façon extrêmement claire que le média dont les ultra-marins ne peuvent plus se passer, c’est internet. Les principaux canaux d’information sont les sites en ligne (77%) et les réseaux sociaux (62%), soulignant l’importance d’adapter nos contenus à ces nouvelles pratiques. Dans le cadre de notre réforme de l’information, il a fallu aller toucher tous nos publics, là où ils sont. Nous n’avons pas de publics compartimentés par médias, nos utilisateurs naviguent entre différents supports. Il est donc crucial de fournir une offre cohérente, en adoptant des formats innovants, des styles d’écriture novateurs et des narrations qui embrassent la convergence des médias. Cela représente notre engagement à répondre aux attentes de notre public.

MEDIA +

Les contenus du pôle Outre-mer de France Télévisions sont-ils consommés davantage en digital ?

SYLVIE GENGOUL

Nos sites dédiés à l’information constituent le premier point de contact pour nos utilisateurs. Cependant, la télévision continue d’être un média très influent, malgré les prédictions de l’étude BVA indiquant qu’elle connaîtra la plus forte décroissance à l’avenir. Mais aujourd’hui, la télévision est un média puissant qui pérennise la relation avec notre public. Par exemple, le journal télévisé de Guadeloupe à 19h30 capte une part d’audience de 80,7% dans les régions ultramarines, et celui de Nouvelle-Calédonie atteint 74%. Ces moments restent cruciaux pour rassembler les gens et créer des liens au sein de la communauté.

MEDIA +

Face à la concurrence des acteurs du streaming et des réseaux sociaux, quelle stratégie adoptez-vous pour maintenir et augmenter l’engagement du public envers France.tv ?

SYLVIE GENGOUL

En tant que service public, il est essentiel que nous apportions une certification à l’information que nous diffusons. Dans les zones à faible étendue géographique, les informations se propagent rapidement. Le nombre croissant de sources d’infos augmente notre responsabilité envers le public. Une information fiable est cruciale pour gagner et maintenir la confiance du public, ce qui, à son tour, renforce notre légitimité. C’est ce que les plateformes de streaming très axées sur les films et le divertissement ne font pas.  Nous devons également trouver un équilibre entre rapporter les actualités de manière réactive et les approfondir pour mieux comprendre les problématiques sous-jacentes.

MEDIA +

Faites-vous des collaborations avec des acteurs locaux et des créateurs de contenus pour être au plus proche de votre public ?

SYLVIE GENGOUL

Oui bien sûr ! Nous avons pour mission de soutenir l’industrialisation du secteur, en mettant un accent particulier sur nos producteurs locaux. Nous visons à leur fournir des financements qui facilitent l’atteinte d’un niveau de qualité supérieur, et à accroître leur visibilité afin qu’ils puissent démontrer leur savoir-faire. Notre objectif est d’être un contributeur de notre territoire. Nous allons au-delà du rôle traditionnel d’un média. Chaque personne a des attentes spécifiques envers nos médias, et nous aspirons à jouer un rôle clé dans le développement, en servant de pont pour les initiatives tant collectives qu’individuelles.

MEDIA +

Êtes-vous dans une démarche de modernisation de la forme ?

SYLVIE GENGOUL

La création récente de notre direction des médias va nous permettre de repenser nos narrations. Grâce à l’adoption de nouvelles technologies qui constituent un puissant outil éditorial, nous avons désormais la capacité de travailler à distance, d’être plus réactifs, et d’aborder notre travail de manière significativement différente par rapport à nos méthodes antérieures. Explorer de nouvelles formes de narration est aussi l’une de nos principales priorités. Nous sommes pleinement engagés dans cette transformation.

MEDIA +

Quels sont vos projets en cours ?

SYLVIE GENGOUL

Du 30 mai au 2 juin 2024, la ville de Marseille accueillera la première édition du Festival La 1ère. Initié par le pôle Outre-mer de France Télévisions, en partenariat avec la Friche la Belle de Mai, ce grand rendez-vous invite à la convergence entre la pluralité culturelle des Outre-mer, de l’Hexagone et du monde.