Satellites télécoms : les professionnels prévoient une croissance régulière

    214

    Les opérateurs de satellites de télécommunications comme les fabricants réunis lundi à Paris lors d’un colloque international ont prévu une croissance régulière du secteur dans les cinq ans, grâce à la télévision traditionnelle mais aussi à l’Internet haut débit. Lors de la première journée du forum économique mondial sur les prévisions du marché organisé par les analystes d’Euroconsult, Pacome Revillon directeur général d’Euroconsult a évalué la croissance attendue des services entre 4 et 5% par an. De leur côté, les fabricants de satellites, les Européens EADS Astrium et Thales Alenia Space comme l’Américain Loral, ont estimé que le marché des satellites de télédiffusion devrait être compris entre 22 et 25 unités par an dans les cinq prochaines années, retrouvant le meilleur niveau de la fin des années 90. 110 satellites au moins devraient être fabriqués entre 2007 et 2011 pour une valeur d’environ 12,5 milliards de dollars, dont les deux tiers pour remplacer les satellites en fin de vie, a estimé Gérard Olry responsable du marketing d’EADS Astrium, indiquant qu’il s’agissait d’une prévision «prudente». Du côté des opérateurs, SES, leader européen de la télédiffusion par satellite devant Eutelsat estime que la diffusion de la télévision par satellite (83 millions de foyers dans le monde) va continuer à se développer.Yves Blanc, directeur de la stratégie d’Eutelsat, souligne la part de marché de la TV par satellite est passée de 19 à 28% (24% en France) entre 2000 et 2007. Tous les opérateurs, l’Américain Intelsat (leader avec 26,6% du marché) comme Eutelsat, s’attendent aussi à un bond des utilisations d’Internet haut débit par satellite (bande ka), et bientôt des diffusions de contenus audiovisuels sur la «bande S» vers les terminaux mobiles (voitures, trains ou avions, téléphones mobiles), y compris dans les pays émergents. SES et Eutelsat ont récemment obtenu le feu vert de la Commission européenne pour un investissement de 130 millions dans une société commune qui compte lancer ces services en 2009.