Sud Radio : projet de cession

135

Sud Radio Groupe (ex-groupe Start) a officiellement annoncé jeudi un projet de cession de sa station généraliste Sud Radio Services, un «recentrage» sur ses radios musicales et régionales selon la direction, qualifié de «sanction d’un échec cinglant» par des élus du personnel. Lors d’un comité d’entreprise extraordinaire de moins d’une demi-heure au siège de la radio, à Labège en banlieue toulousaine, le PDG du groupe, Jean-Eric Valli, a annoncé aux élus du personnel qu’il avait choisi le projet de Marc Laufer, un ancien de la radio NRJ. Il a souligné la solidité de l’assise financière de l’offre de M. Laufer et de ses associés financiers Patrice Drahi (Altice IV) et Didier le Menestrel (Weber Investissements). Choisi parmi 5 candidats potentiels, ce projet «préserve les emplois existants (…) et propose un véritable plan de développement de lantenne et de recrutement (une quinzaine de salariés à court terme)», a indiqué Sud Radio Groupe dans un communiqué. «En outre, il préserve le format généraliste de Sud Radio et son ancrage historique dans le sud avec le maintien de limplantation des locaux à Toulouse», a-t-il dit. Sud Radio Groupe, qui détient 7 autres radios – 2 musicales (Ado et latina) et 5 régionales – a précisé qu’il serait désormais «recentré sur la croissance de ses stations musicales», soulignant qu’il avait déjà augmenté de 20% ses investissements sur ce créneau. Garder la radio généraliste aurait «nécessité à nouveau une mobilisation importante des capacités financières du groupe au détriment des autres stations», ajoute-t-il.