Sunny side of the Doc 2018 : 9 prix ont été décernés 

254

La 29ème édition du festival et marché internationaux du documentaire Sunny Side of the Doc à La Rochelle a décerné jeudi neuf prix qui récompensent une production internationale éclectique, véritable «prisme de l’état du monde», selon les organisateurs.

Le prix du «Meilleur projet art, culture et patrimoine» est allé au documentaire «The mystery of the pink flamingos»(Le mystère des flamands roses, ndlr) de l’Espagnol Polo Javier qui raconte un voyage loufoque sur les traces de l’animal.

Dans la catégorie «Meilleur projet histoire naturelle et animalier», le court-métrage allemand «Not your average nature show» (Un documentaire animalier hors des sentiers battus, ndlr), qui relate les pérégrinations des trois auteurs, Georg Pohland, Peter Mullen et Jeremy Tausch dans des situations rocambolesques lors de leurs traques pour débusquer et filmer des animaux, a été récompensé.

«Inside Lehman brothers» (Lehman brothers vu de l’intérieur), de la Française Jennifer Deschamps, a reçu le prix du «Meilleur projet société et investigation» pour sa retranscription de l’une des plus grandes banqueroutes de l’histoire.

Le prix des médias scientifiques, comme le titre de «Meilleur projet science», a été décerné à «Pleasure and pain : the science of love» (Plaisir et douleur : la science de l’amour), de l’Allemande Judith Koenig, qui décrit

la fascination de la science pour l’amour, capable de changer la vie.

Le Chinois Xinxin Liu a reçu le prix du «Meilleur projet culture et création digitale» pour son court-métrage d’animation «Toto’s house» (La maison de Toto) où s’animent des personnages de tableaux célèbres dans un univers absurde.

Le prix du «Meilleur projet histoire» est revenu aux Allemands Duki Dror et Itay Landsberg-Nevo pour «Lebanon war : game of chaos» (Liban : le jeu du chaos), qui revient sur quarante années de conflit armé dans ce pays.

Enfin le prix du groupe AB a été remis aux Français Thierry Robert et Rémy Marion pour «Fort comme un ours», qui suit des scientifiques cherchant dans les veines de l’ours des remèdes à l’obésité, l’ostéoporose en se basant sur le biomimétisme.

Quarante-deux projets de documentaires, en provenance de onze pays, étaient en compétition.

Quelque 2000 réalisateurs, producteurs et diffuseurs issus de 60 pays ont participé depuis le 25 juin au festival, qui est aussi un marché. Sunny side of the Doc a une nouvelle fois fait la part belle aux nouvelles technologies, notamment la réalité virtuelle et la projection en 3D.