Trésorerie Canal+: Lagardère et Vivendi lancent les hostilités

396

Le groupe de médias Lagardère et le conglomérat Vivendi ont lancé ouvertement les hostilités autour d’une de leurs filiales, la société de télévision payante Canal+ France, en demandant à la justice de déterminer à qui devait revenir ses juteux excédents de trésorerie. Vivendi – actionnaire indirect à 80% de Canal+ France – a été assigné par le groupe d’Arnaud Lagardère – propriétaire du solde de 20% – devant le tribunal de commerce de Paris, ont-ils annoncé mercredi dans des communiqués distincts. Une audience est prévue le 21 mars. Vivendi a fait part de son intention de déposer des plaintes en abus de procédure. Le litige porte sur une convention de trésorerie conclue entre Vivendi et Canal+ France lors de la création de cette dernière en 2007. D’un montant modeste à cette époque, la trésorerie générée par la chaîne de tv atteint 1,6 milliard d’euros en novembre 2012. Lagardère réclame l’annulation de cette convention ainsi que la restitution à Canal+ France, sous astreinte, de la totalité de cette somme qui a été ponctionnée par Vivendi. Le groupe relève que Vivendi «utilise de façon permanente l’intégralité de l’excédent de trésorerie» de la société de télévision. Lagardère relève également que cet argent permet de financer «à moindre coût les ambitions» de filiales de Vivendi tandis que Canal+ France «est exposée à des risques financiers injustifiés, compte tenu de l’absence de garantie» à son profit. De son côté, Vivendi estime que «Lagardère prétend que la convention de centralisation de trésorerie conclue entre Canal+ France et sa maison mère Groupe Canal+, filiale à 100% de Vivendi, est nulle dans la mesure où elle constituerait une convention réglementée n’ayant pas été préalablement approuvée par le conseil de surveillance». Or, affirme le conglomérat, elle «constitue une convention courante conclue à des conditions normales, ne nécessitant pas d’approbation préalable du conseil de surveillance de Canal+ France».