Trois questions à… Hassan Ziady, rédacteur en chef du «Courrier de l’Atlas»

    494

    Nouveau venu dans la presse magazine, « Le Courrier de l’Atlas » se veut moderne, ouvert et tolérant. On retrouve dans ce mensuel, destiné à la communauté maghrébine en France, des sujets de société et de proximité.Rencontre avec Hassan Ziady, son rédacteur en chef.

    média+ : «Le Courrier de l’Atlas» est en kiosque depuis le 1er février. Comment est né ce magazine ?

    Hassan Ziady : C’est un projet longuement mûri qui répond à un véritable besoin, car la communauté maghrébine, forte de ses 6 millions de membres, n’a pas de publication où elle puisse réellement se reconnaître. Il vise une large cible de lecteurs dans la tranche 25 à 40 ans, et l’objectif est qu’ils puissent s’identifier au magazine et se l’approprier. D’autres magazines ont existé sur le même créneau que nous mais, malheureusement, et souvent faute de moyens, ils n’ont pas tenu sur la durée.

    média+ : Quels sont les thèmes traités dans le «Courrier de l’Atlas» ? Et quelles sont vos attentes quant au lectorat ?

    Hassan Ziady : Nous sommes principalement un magazine de société, mais nous couvrons aussi des sujets économiques et politiques. Nous traitons également des sujets culturels, où nous cherchons à assurer une couverture de styles très variés. Notre objectif est d’ouvrir des débats et de permettre aux lecteurs de s’exprimer. Notre ligne éditoriale est claire. Nous souhaitons mettre à mal tous les clichés simplistes continuellement véhiculés sur les Maghrébins : traditionalistes, rétrogrades, étroits d’esprit etc… Les Maghrébins de France sont une population hétérogène où se côtoient le pire comme le meilleur. Nous avons opté pour le meilleur !

    média+ : Parallèlement, vous venez de mettre en ligne un portail d’information. Quel est le lien entre les deux supports ?

    Hassan Ziady : Le site vise à renforcer l’interactivité entre nous et notre lectorat. Nous donnons la possibilité à nos lecteurs de réagir, de proposer des articles. Dans une seconde phase, ils auront la possibilité de créer des blogs, de mettre des photos et des vidéos en ligne. Nous espérons créer une vraie communauté autour du «Courrier de l’Atlas», sans jamais donner prise au communautarisme. Ceci dit le contenu du site est totalement déconnecté du magazine. Ce dernier n’est mis en ligne en totalité qu’en fin de mois, seul un certain nombre d’articles sont accessibles un peu plus tôt.