Trois questions à… Michel Combes, Président directeur général de TDF

    331

    Télédiffusion française (TDF) lançait hier son baromètre sur la télévision numérique (voir page 1) qui permettra de passer de 5 à 18 chaînes gratuites et d’aller vers la TVHD et la télévision sur les mobiles. Michel Combes, P.-D.G. de TDF nous éclaire sur les motivations qui l’ont poussé à créer ce nouvel outil de pilotage de la transition de l’audiovisuel vers le numérique.

    média+ : TDF lance le premier baromètre TV numérique. Comment marche-t-il ?

    Michel Combes : Le baromètre de la télévision numérique mesure le taux de pénétration de ces nouvelles technologies, c’est-à-dire le développement des réseaux et l’équipement des ménages en appareil de réception du numérique. Pour le fabriquer, certaines données nous sont fournies par les opérateurs de réseaux eux-mêmes. D’autres le sont par les fabricants d’équipement qui nous renseignent sur leurs ventes. Nous avons aussi recueilli des données de Médiamétrie et de l’institut de sondage ISL. Nous pouvons ainsi estimer le taux de pénétration des nouvelles technologies dans les foyers et donner des éléments dynamiques comme les intentions d’achat d’équipement des téléspectateurs. Enfin, il y a des indicateurs-clés pour rendre ces chiffres comestibles. Le premier est le taux de déploiement des réseaux numériques. Le second est le taux d’équipement en numérique des foyers. Le troisième indicateur est le taux de numérisation des terminaux : combien de téléviseurs sont équipés dans chaque foyer.

    média+ : À qui ce baromètre est-il destiné ?

    Michel Combes : C’est un outil à la disposition de l’ensemble des acteurs impliqués dans la transition vers le numérique : les chaînes de télévisions, les collectivités locales, les annonceurs. Le baromètre vise à donner quelques repères à ceux qui ont à prendre des décisions, de mesurer le rythme de cette évolution. C’est la contribution de TDF qui entend être un facilitateur de cette transition. Ces éléments factuels permettront aux uns et aux autres de décider la façon dont ils doivent se positionner. Le projet de loi sur la télévision du futur, prévoit que le calendrier de l’arrêt de l’analogique sera élaboré selon un schéma directeur après consultation publique en tenant compte notamment de deux données objectives : le taux de déploiement des réseaux de la télévision hertzienne fixée à 95% et le taux d’équipement des ménages. Ne serait-ce que pour fixer ce calendrier d’arrêt de l’analogique, le baromètre sera utile. Les publicitaires pourront aussi l’utiliser. Ils doivent arbitrer pour savoir quelle chaîne ou quel contenu privilégier pour communiquer.

    média+ : TDF n’est pas une entreprise de service public. Quelle motivation vous a poussé à réaliser ce baromètre ?

    Michel Combes : TDF est au cœur de la transition vers le numérique car nous exploitons le réseau hertzien des clients audiovisuels. Il est naturel de contribuer à éclairer le choix des acteurs et de leur mettre à disposition des données factuelles et objectives. Les chaînes de télévision sont nos clientes. Nous travaillons avec les pouvoirs publics. J’essaye d’accompagner mes clients, de ne pas être perçu uniquement comme un prestataire technique, mais comme un partenaire. J’espère qu’ils se serviront de ce baromètre. Je le souhaite interactif et évoluant en fonction des attentes de nos clients. Dans les prochains mois, il devrait avoir un peu plus de profondeur surtout au niveau des départements. Ce n’est pas excessivement coûteux à réaliser. NPA Conseil s’en charge garantissant une information fiable et indépendante.