Troisième grève à la radio-télévision danoise contre des licenciements

    235

    Les téléspectateurs danois sont privés depuis mercredi midi de journaux radio-télévisés du groupe public Danmarks Radio (DR), en raison d’une grève surprise des journalistes pour protester contre un nouveau train de licenciements. Les journalistes, techniciens et autres personnels administratifs de DR ont débrayé mercredi, pour la troisième fois en six mois, en signe de protestation contre un dernier train de licenciements dans le cadre d’un plan d’économies annoncé précédemment par la direction. Cet arrêt de travail, jugé «illégal» par la direction, devrait durer jusqu’à jeudi matin. Il touche les journaux d’informations radiophoniques et télévisés du groupe. Seuls des courts bulletins radiophoniques réalisés par les directeurs et les stagiaires sont diffusés. Selon un communiqué du personnel gréviste, la grève-surprise a été déclenchée par «solidarité et compassion avec nos nombreux collègues licenciés et en signe de frustration» contre ces compressions d’effectifs.La direction a annoncé que 481 postes de travail ont été supprimés au total dans le cadre de ce plan d’économies, dont 141 licenciements secs. DR avait annoncé en avril un plan d’économies de 287,5 millions de couronnes danoises (38,5 millions d’euros) à réaliser chaque année de 2008 à 2011. Ce plan devait entraîner initialement quelque 275 licenciements (8 à 9% du personnel), dont un grand nombre dans l’administration. Ces économies sont le résultat d’un dépassement significatif du budget de construction du nouveau siège de DR (4,7 milliards de couronnes – 630 millions d’euros -, 1,7 milliard de couronnes de plus que ce qui était prévu initialement). Le groupe DR, fondé en 1925, comprend deux chaînes de télévision et quatre chaînes de radio, entièrement financées par la redevance.