TV5: la France appelée à revoir sa copie sur un rapprochement avec France 24

    143

    La France a été appelée vendredi à revoir son projet de rapprochement entre TV5 Monde et la chaîne d’information en continu France 24 à la suite d’une fronde des autres pays partenaires de la télévision francophone TV5. Paris, soupçonnée de vouloir faire de TV5 la «voix de la France», a dû affronter une discussion «passionnelle» avec ses partenaires lors d’une réunion ministérielle à Lucerne (Suisse), comme l’a confié Fadila Laanan, ministre de la Communauté française de Belgique. «Les ministres ont souhaité que la partie française prépare un document au sein d’un groupe de travail intergouvernemental en tenant compte des considérations propres des gouvernements partenaires», selon un communiqué publié à l’issue de la réunion. «Une entente satisfaisante» devra être trouvée à la mi-décembre avant d’être validée lors d’une nouvelle réunion ministérielle début 2008. En souhaitant «redynamiser la présence de cet opérateur privilégié de la Francophonie», les Etats partenaires (Belgique, Canada, France, Suisse, Québec et Organisation de la francophonie) ont réaffirmé dans un communiqué les principes fondateurs de TV5, «le pluralisme, le caractère généraliste multilatéral et la diversité culturelle». Autant de principes que les partenaires de la France craignaient d’être mis à mal par les propositions de Paris, détenteur de 66% des actions de TV5 Monde. «Nous avons sauvé TV5», a relevé une représentante suisse à l’issue de la réunion. «Nous avions des inquiétudes», a reconnu Christine St-Pierre, ministre de la Culture et des communications du Québec. «On nous a assuré que nous allions travailler ensemble et dans la transparence. Ce n’est pas ce que nous avions ressenti auparavant», a-t-elle ajouté en se déclarant «très satisfaite» des résultats de la réunion. «Les projets français d’audiovisuel ne doivent pas se faire aux dépens de TV5», a souligné Mme Laanan pour la Belgique. «Nous aimons ce bébé-là. Nous voulons le protéger des velléités de certains».