Un journaliste russe blessé, selon Moscou, dans une frappe en Ukraine, est décédé

232

Un journaliste russe blessé, selon Moscou, dans une frappe ukrainienne dans la région de Zaporijjia, partiellement occupée dans le sud de l’Ukraine, est décédé de ses blessures, a indiqué jeudi son employeur, la chaîne de télévision publique Rossia 24.

«Une perte irréparable: notre correspondant Boris Makssoudov, qui a travaillé dans la zone de l’opération militaire spéciale et s’est trouvé sous le feu des forces ukrainiennes, est décédé des suites de ses blessures», a déclaré une présentatrice de Rossia 24, en exprimant à ses proches les «condoléances» de la chaîne.

Le décès du journaliste avait été annoncé un peu plus tôt par le présentateur russe Vladimir Soloviev, soutien inconditionnel du Kremlin, sur sa chaîne Soloviev Live.

«Une nouvelle tragique vient de tomber (…). Boris Makssoudov est décédé», a déclaré M. Soloviev au moment où il se trouvait en direct avec la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova, qui a présenté ses «condoléances».

«La mémoire de Boris (…) restera toujours dans nos coeurs», a réagi le ministère russe des Situations d’urgence sur Telegram. Mercredi, Moscou a accusé Kiev d’être responsable d’une attaque de drone ayant visé un groupe de journalistes russes, blessant Boris Makssoudov, correspondant de la chaîne de télévision publique Rossia 24. Selon le ministère russe de la Défense les journalistes, qui préparaient un reportage sur «les bombardements de localités par l’armée ukrainienne», ont été la cible d’un drone ukrainien dans la région de Zaporijjia.

«Boris Makssoudov est mort en héros, comme un brave combattant», a déclaré le PDG du groupe médiatique russe Rossia Segodnia, Dmitri Kisselev, cité par l’agence publique Ria Novosti.

La région de Zaporijjia est l’un des quatre territoires dont la Russie a revendiqué l’annexion en 2022, avec Kherson, Donetsk et Lougansk, même si son armée ne les contrôle pas entièrement.

En juillet, Moscou avait affirmé qu’une frappe ukrainienne avait tué un journaliste russe de Ria Novosti. Une quinzaine de journalistes sont morts depuis le début de l’assaut de l’armée de Moscou en février 2022, selon des ONG spécialisées.

En mai, Arman Soldin, coordinateur vidéo de l’Agence France-Presse en Ukraine, avait été tué lors d’une attaque de roquettes russes dans l’Est du pays.

La Russie ne reconnaît en revanche jamais sa responsabilité dans les décès de journalistes imputés aux frappes de son armée.