Une émission télévisée aidant les paysans à convoler triomphe aux Pays-Bas

    197

    Les programmateurs télé du monde entier en rêvent, les paysans néerlandais y sont parvenus: un quart de la population des Pays-Bas a regardé le dernier épisode d’une émission de télé réalité qui aide les agriculteurs à trouver l’âme soeur en quête d’une vie simple à la campagne. Dimanche, un peu plus de quatre millions de personnes (sur 16 millions d’habitants) ont regardé «Boer zoekt vrouw» (Paysan cherche femme). Lors des deux saisons précédentes, l’émission avait déjà régulièrement réuni plus de trois millions de spectateurs. «C’est presque autant que pour les finales de l’équipe de football néerlandaise», a fièrement précisé José Kager, porte-parole du diffuseur KRO. «Ce programme parle de gens normaux, simples, qui parfois sont un peu seuls en raison de leur travail d’agriculteur (…) les gens aiment regarder ce genre d’histoires authentiques (…) et puis, l’amour nous touche tous», a-t-elle ajouté. Le mode éliminatoire du choix des candidates, la plongée dans la vie et l’intimité des participants, les «confessions» face à la caméra sont certes inspirés de la télé réalité, mais le ton reste bon enfant, sans trop d’excès voyeuristes, verbaux ou sexuels. «Boer zoekt vrouw» présente donc l’intérêt de pouvoir être vu par tous. Selon les statistiques, l’émission est regardée presque à égalité par les deux sexes et cette année, pour la première fois, une agricultrice participe et c’est à des hommes en mal de campagne de lui faire la cour. Selon l’historien Hans van der Horst, auteur du livre «Comprendre les Néerlandais», son succès s’explique par le fait que «la campagne est considérée comme un paradis bucolique» par les Néerlandais. «Dans nos sociétés ultra-urbanisées, le rêve ultime est d’aller vivre à la campagne». «Aux yeux de la citadine rêvant d’une campagne idyllique, l’agriculteur apparaît en outre comme un bon conjoint», avance-t-il. «D’ailleurs parfois sa rudesse, son côté plouc déçoivent et ça se passe mal, ce qui peut être très drôle… et nous Néerlandais aimons bien nous moquer», selon M. van der Horst.