USA: le gouvernement américain vend avec succès des fréquences téléphoniques

    215

    Les enchères de fréquences de téléphonie mobile organisées depuis deux mois par le gouvernement américain lui ont rapporté 19,6 milliards de dollars, un record, a annoncé mardi soir le président de la FCC (Federal Communications Commission), Kevin Martin. Kevin Martin a annoncé dans un communiqué la clôture de ces enchères lancées le 24 janvier, où étaient proposées 1 099 fréquences du spectre de 700 MHz, abandonnées par les chaînes de télévision contraintes de passer au numérique en février 2009. Ces fréquences, à très haut débit, capable de transporter rapidement de grandes quantités de données, traversant bien les murs, sont idéales pour l’Internet mobile. Plus de 200 entreprises étaient sur les rangs, surtout des opérateurs télécoms mais aussi des industriels et des financiers. La quasi-totalité des offres ont été mises sur la table dès la première semaine d’enchère, en particulier la poignée d’offres déposées pour le «bloc-C», le seul bloc de fréquences qui couvre la totalité du territoire américain, et de loin le plus cher. Un énchérisseur a proposé 4,71 milliards de dollars pour ce «bloc-C», où trois grands groupes seulement étaient intéressés, selon les analystes: les opérateurs de téléphonie Verizon et ATT, et le géant Internet Google. Mais la FCC n’a encore révélé mardi soir le nom d’aucun des gagnants. Certains analystes estimaient le mois dernier que l’enchère gagnante du «bloc-C» provenait de Verizon, qui n’a pas commenté. Les autres blocs en ventes couvraient des zones de tailles variables, allant de très grandes portions du territoire à des petites agglomérations. «Ce haut débit mobile atteindra des zones non desservies dans le pays et permettra d’intensifier la concurrence dans le haut débit, pour l’instant dominé par le DSL (Internet via le réseau téléphonique, ndlr) et les câblo-opérateurs», a souligné la FCC. Alors que l’économie américaine ralentit, la FCC a en tout cas remporté son pari: elle a obtenu presque le double des 10 milliards de recettes attendues, bien davantage que les 13,9 milliards qu’avaient rapportés les enchères de fréquences organisées en 2006.