Virus : les autorités tchèques testent l’utilisation de données personnelles pour freiner la propagation de l’épidémie

284

Les autorités tchèques testent un système informatique retraçant rapidement, grâce aux données notamment de téléphonie, les contacts qu’ont eus des personnes infectées par le nouveau coronavirus, afin d’enrayer sa propagation, a indiqué mardi une porte-parole du groupe à l’origine de cette initiative.

La solution proposée par un ensemble d’experts en informatique, Covid19cz, utilise les données des téléphones portables et des cartes bancaires des personnes testées positives, pour montrer leurs déplacements, toujours avec leur consentement. «Cela génère une carte montrant (…) par exemple que quelqu’un a passé une demi-heure au coin de telle et telle rue», a expliqué la porte-parole de Covid19cz, Irena Zatloukalova. «L’inspecteur sanitaire peut demander à une personne (malade), si elle a rencontré telle ou telle autre, afin d’identifier les gens susceptibles d’être infectés. Les gens n’auront plus à se fier simplement à leur mémoire et devoir se rappeler ce qu’ils ont fait au cours des deux semaines passées», a-t-elle expliqué. Dans le cadre de ce système de «quarantaine intelligente», testé dans une région du Sud-Est de la République tchèque, les personnes ayant été en contact avec un malade seront ensuite placées en brève quarantaine d’un maximum de trois jours, jusqu’à ce qu’elles subissent un test de maladie Covid-19.

«S’ils sont négatifs, ils peuvent retourner à leur vie quotidienne. S’ils sont positifs, ils seront placés en quarantaine complète», a expliqué le vice-ministre de la Santé, Roman Prymula, sur le site du gouvernement. Selon Mme Zatloukalova, la Grande Bretagne, la Lituanie, la Serbie, la Slovaquie mais aussi des pays d’Amérique latine ont fait part de leur intérêt pour la solution informatique. Le Premier ministre Andrej Babis a indiqué souhaiter que le système soit lancé dans l’ensemble du pays d’ici le 12 avril. La République tchèque, pays membre de l’UE de 10,7 millions d’habitants, a enregistré 3.002 cas confirmés de virus, dont 24 décès. Le gouvernement a fermé les frontières, les écoles, les pubs, les théâtres et la plupart des magasins. Les mesures de confinement de la population ont été prolongées lundi jusqu’au 11 avril.