Y. BOZZI (Digital Baby Boomer) : «Plus de 80 % des boomers possèdent un compte Facebook»

249

Il est temps de tordre le cou à une idée reçue : il n’y a pas que les jeunes des générations Y & Z qui utilisent massivement les réseaux sociaux ! Depuis la pandémie de Covid, d’autres tranches d’âge se sont emparées de ces outils pour maintenir une vie sociale active, en particulier avec leurs proches. À commencer par les seniors, que tout le monde appelle désormais «les boomers». Entretien avec Yves BOZZI, Président-fondateur de Digital Baby Boomer en charge de l’étude «Les Boomers & Les Réseaux Sociaux».

Plus de 80 % des boomers possèdent un compte Facebook. Est-ce étonnant ?

Ce phénomène était pressenti depuis plusieurs années. En examinant les habitudes des populations plus jeunes, on a remarqué qu’elles délaissaient progressivement Facebook au profit de plateformes comme TikTok et Snapchat. Parallèlement, un nombre croissant de boomers se dirigeaient vers Facebook. Pour étayer ce ressenti par des données concrètes, des études ont été menées. Même Facebook a souligné que le seul segment démographique en croissance sur leur plateforme était celui des plus de 55 ans.

Qu’est-ce qui explique cet intérêt des boomers pour Facebook ?

L’utilisation de TikTok et Snapchat, qui mettent l’accent sur les vidéos et les animations, semble mieux correspondre aux préférences des jeunes pour une expérience plus dynamique et interactive. En revanche, Facebook offre davantage d’espace pour l’écriture et la communication textuelle, ce qui peut être plus attrayant pour les générations plus âgées. Il semble que Facebook ait pris la place de plateformes comme «Copains d’Avant», servant de point de rencontre en ligne pour reconnecter avec d’anciennes connaissances. Par ailleurs, il est intéressant de noter que plus de 60% des utilisateurs de cette tranche d’âge se servent également de messageries instantanées comme Messenger ou WhatsApp.

Dans quelle mesure les boomers sont-ils familiers de Messenger et WhatsApp ?

Durant les périodes de confinement, les messageries instantanées ont connu une augmentation significative de leur utilisation. Ce phénomène s’explique par le fait que 85% des personnes interrogées considéraient internet comme indispensable, notamment pour l’utilisation de ces messageries afin de communiquer avec leurs proches. Cette tendance souligne l’importance croissante de la communication numérique, en particulier dans des situations où les interactions sociales traditionnelles sont limitées.

Au fait, qu’appelez-vous boomers ?

Ce sont des individus âgés de 60 à 80 ans, qui constituent plus de 15 millions de personnes en France. Leur motivation principale pour se connecter aux réseaux sociaux est de rester en contact avec leurs proches, de suivre l’actualité et de partager du contenu. Selon nos différentes enquêtes, la principale raison pour laquelle les seniors utilisent internet est de «vérifier leurs mails». Cette tendance illustre l’intégration croissante des technologies numériques dans la vie quotidienne des générations plus âgées, et leur volonté de rester connectées et informées.

Comment l’usage des réseaux sociaux par les boomers diffère-t-il de celui des générations plus jeunes ?

1/3 des répondants âgés de 60 à 80 ans se connectent au moins une fois par jour sur un réseau social. Ce comportement s’étend même aux moments de repas, où les boomers utilisent souvent leur téléphone, un phénomène similaire à celui observé chez les adolescents. En revanche, si l’on interroge les trentenaires ou quarantenaires, on constate une relation plus ambivalente avec le digital. Pour cette tranche d’âge, la technologie est à la fois un moyen d’explorer, de se divertir, et un outil de travail essentiel. Cependant, elle peut aussi être perçue comme aliénante, conduisant à des envies de déconnexion. Cette envie de déconnexion est moins présente chez les boomers, probablement parce que pour eux, le digital n’est pas associé au travail. Leur approche des technologies numériques est donc principalement orientée vers la communication et le loisir.

Les enfants et les tutoriels en ligne ont-ils joué dans la formation des boomers à l’utilisation des réseaux sociaux ?

Effectivement, il est surprenant de constater que beaucoup de personnes, en particulier les boomers, recourent aux tutoriels pour apprendre à utiliser les réseaux sociaux. Le fait que moins de 20% des utilisateurs plus âgés trouvent ces plateformes difficiles à utiliser est révélateur de leur capacité d’adaptation et de leur volonté d’apprendre. Un atout majeur dont disposent les seniors est le temps, qu’ils peuvent investir pour comprendre et maîtriser les différentes fonctionnalités des réseaux sociaux.

Comment les boomers gèrent-ils les défis de la sécurité et de la confidentialité sur les réseaux sociaux ?

Il existe une ambivalence intéressante au sein de la population des boomers vis-à-vis d’internet. D’une part, une majorité d’entre eux accordent de l’importance aux recommandations de produits qu’ils trouvent en ligne, ce qui indique qu’ils sont réceptifs aux avis partagés sur les réseaux sociaux et les sites internet. D’autre part, presque autant de personnes expriment une méfiance envers les informations qu’ils lisent sur internet. Ils ont un rapport décomplexé au web, reconnaissant son utilité tout en étant alertes aux potentielles manipulations et escroqueries, sachant qu’ils peuvent être des cibles privilégiées pour de telles pratiques.

Quelles tendances émergentes peuvent être identifiées dans l’utilisation des réseaux sociaux par les boomers, et comment cela pourrait-il influencer les stratégies marketing ciblant cette démographie ?

Le groupe Meta, qui détient Facebook, Instagram, et WhatsApp, possède en effet un potentiel considérable pour développer et renforcer les synergies entre ces plateformes. L’importance de WhatsApp dans ce contexte ne doit pas être sous-estimée, surtout en considérant que 60% des boomers utilisent des messageries instantanées. L’émergence des chaînes WhatsApp créées par des médias illustre le potentiel de ces applications pour la diffusion d’informations et la création de communautés.