A. GRIGOLINI (France Télévisions) : «France TV Slash aborde des thématiques en résonance avec les étapes de vie de notre public»

454

Antonio GRIGOLINI, Responsable éditorial de «France TV Slash» (France Télévisions)

France Télévisions a lancé «France TV Slash», un média numérique 100% gratuit de service public à destination des jeunes adultes qui se déploie sur france.tv, YouTube, Facebook et Instagram. Entretien avec Antonio GRIGOLINI, Responsable éditorial de «France TV Slash».

media+

Comment la nouvelle offre «France TV Slash» a-t-elle été élaborée ?

Antonio GRIGOLINI

Nous avons commencé à réfléchir à ce projet il y a 1 an et demi en faisant le constat que le lien avec les jeunes adultes était fragilisé. Au même moment, il y a eu la réorientation éditoriale de France 4. De ce fait, nos chaînes linéaires ou numériques n’avaient plus de propositions spécifiques pour les jeunes adultes, de 18 à 30 ans. «France TV Slash» s’adresse donc aux jeunes avec des formats, des codes, un ton qui correspond à leurs aspirations, leurs émotions et modes de vie. Les premiers retours sont très satisfaisants. Le budget de «France TV Slash» serait d’environ 2M€, ndlr.

media+

Chacun de vos programmes est donc adapté aux réseaux sociaux ?

Antonio GRIGOLINI

L’ambition de «France TV Slash» est de s’adapter le plus possible à chaque contexte d’usage et à chaque plateforme investie. En termes de thématiques, on aborde celles qui sont le plus en résonance avec les pratiques quotidiennes des jeunes : l’orientation, la trajectoire professionnelle, les discriminations, le corps, l’identité, les relations amicales, etc.

media+

De combien de programmes dispose «France TV Slash» ? Quelles sont vos ambitions ?

Antonio GRIGOLINI

Nous démarrons avec une grosse dizaine de titres. L’idée est de s’adapter au fur et à mesure, d’observer et d’écouter notre public afin d’élargir progressivement le catalogue. Ainsi, nous visons une quarantaine de vidéos fraiches par semaine. Nous recherchons à la fois des projets de séries et de documentaires adaptés au numérique. On recherche une écriture qui ne soit pas une simple adaptation de ce qui se fait à la TV.  Nous proposerons très bientôt par exemple des formats humoristiques.

media+

Qui produit ? Des producteurs indépendants ?

Antonio GRIGOLINI

Sur la partie fiction et documentaire, nous faisons appel à des producteurs externes de tous types. Quant aux formats vidéos plus légers, nous travaillons avec MFP, la filiale de production de France Télévisions sur la base d’idées et de formats conçus par notre équipe. Une dizaine de personnes travaille pour «France TV Slash». Parmi eux, nous avons fait le choix d’avoir 4 personnes en contrat d’apprentissage. Cela nous permet d’avoir la certitude d’être en résonance avec les jeunes.

media+

Les contenus de «France TV Slash» sont-ils voués à être programmés en TV ?

Antonio GRIGOLINI

Ça dépend ! Certains programmes auront une fenêtre linéaire comme «Skam France» (22×26’ – GTV Productions/RTBF) diffusé aussi sur France 4. Si nous parvenons à créer des passerelles, des synergies, des formats avec des talents qui circulent à travers les antennes, cela signifiera que nous aurons rempli une partie de notre mission.

media+

Faites-vous aussi du «brand content» ?

Antonio GRIGOLINI

Nous étudions la possibilité d’en faire avec un impératif de transparence absolue vis-à-vis de l’utilisateur. Cela fait partie des réflexions que nous avons avec France TV Publicité.