A.LIBERTY (SIRTI) : «Les radios indépendantes et locales sont délaissées par les acteurs politique»

60

Le mercredi 5 août, le décret autorisant la publicité TV segmentée a été publié au Journal Officiel. Quels sont les impacts pour le secteur de la radio ? Tour d’horizon avec Alain LIBERTY, président du SIRTI.

MEDIA +

Le décret autorisant la publicité TV segmentée a été publié le 5 août 2020. Vos attentes ont elles été entendues ?

ALAIN LIBERTY

Il y a quelques mois, nous avions signé une déclaration commune avec le SNPTV. Le décret publié cet été reprend en grande partie les termes des négociations que nous avions engagées avec le syndicat. Nous sommes satisfaits. Néanmoins, nous restons attentifs à la mise en application réelle de ce dispositif. La publicité segmentée va dans le sens de l’Histoire, mais il ne faut pas bousculer les marchés locaux. De plus, nous étions contre l’intégration des offres promotionnelles de la grande distribution à la télévision. Cette réclamation n’a pas été remise en cause et a été acceptée.

MEDIA +

Roselyne Bachelot a été nommée ministre de la Culture. A-t-elle envoyé des signaux positifs aux radios indépendantes ?

ALAIN LIBERTY

Je souhaite la bienvenue à Roselyne Bachelot dans un contexte particulier pour la culture. J’attends beaucoup de madame la ministre. Pour rappel, un projet de loi Audiovisuel est dans les tuyaux et est très important pour le secteur. Néanmoins, je me pose une question : le gouvernement arrivera-t-il, en deux ans, à mener à terme ces réformes ? Le secteur de la radio a besoin de retrouver un équilibre.

MEDIA +

Quels sont les autres sujets sur la table en cette rentrée ?

ALAIN LIBERTY

Nous devons aller beaucoup plus loin concernant la reconnaissance de la création radiophonique, de sa protection et de sa rémunération. Toute la création radiophonique est financée par la publicité. Nous devons sortir de ce modèle. En complément, il est important de développer une reconnaissance juridique de ce qu’est un podcast.

MEDIA +

Comment se portent les radios indépendantes du SIRTI après cette première période de crise ?

ALAIN LIBERTY

Les radios indépendantes ont toujours fait preuve de résilience et d’une forte capacité à se renouveler. Néanmoins, elles ont été gravement impactées par la crise. Les marchés locaux sont en difficultés et les annonceurs ne sont pas tous revenus. Le secteur de la grande distribution correspond à 70% du chiffre d’affaires des radios locales et le secteur de l’automobile à 20%.

MEDIA +

Ces radios ont-elles été aidées ?

ALAIN LIBERTY

Nous sommes extrêmement déçus que l’amendement, qui avait pourtant été voté et qui prévoyait l’exonération des charges directes de 10 millions d’euros pour aider les radios indépendantes, ne se retrouve pas dans le décret publié. Cette action aurait pu fortement aider ces radios indépendantes. Alors que les acteurs politiques attendaient beaucoup des radios en cette période de crise sanitaire, ces mêmes radios indépendantes et locales sont délaissées. Nous sommes particulièrement inquiets pour l’année 2021. Nous sommes face à une bombe à retardement. En effet, le taux d’endettement des radios indépendantes a augmenté pour faire face à cette situation de crise.

MEDIA +

Comment évolue le déploiement du DAB+ ?

ALAIN LIBERTY

Nous constatons, enfin, une prise de conscience du plus haut niveau de l’État concernant le DAB+. C’est la radio de demain. Pour rappel, depuis cet été, la présence de la technologie DAB+ est obligatoire dans les voitures vendues en France. D’une manière générale, d’ici l’été prochain, 70% de la population devrait avoir accès à cette technologie. Nous sommes toujours en retard par rapport à nos voisins européens.