A. LIPIANSKY (Tooco) : «Il est toujours plus simple de vendre des formats à l’international qu’en France»

972

Aurélien LIPIANSKY, Fondateur et Directeur général de Tooco (Newen)

A l’occasion du MIPCOM 2017 qui se tient actuellement à Cannes, média+ s’est entretenu avec Aurélien LIPIANSKY, Fondateur et Directeur Général de Tooco (Newen). Après le succès international de «Guess My Age», il nous présente son nouveau jeu «5 sur 5». 

media+ 

Dans le cadre du MIPCOM, vous présentez «5 sur 5», votre nouveau jeu. De quoi s’agit-il ? 

Aurélien LIPIANSKY 

C’est un jeu qui mixe culture générale et chance. Deux candidats font face à 50 cases derrière lesquelles se cachent soit une somme d’argent comprise entre 1.000 et 100.000 euros, soit une croix rouge. Pour remporter une des sommes en jeu, le duo doit découvrir 5 cases identiques. Mieux ils répondent aux questions, plus ils retournent de cases. Avec ce jeu, la durée de la partie n’est jamais connue à l’avance. Elle peut durer entre 5 et 30’. Sur une émission, plusieurs couples de candidats peuvent se succéder. Nous avons tourné un pilote avec The Story Lab.

media+ 

Comment se porte Tooco, votre société de production ? 

Aurélien LIPIANSKY 

La société se porte bien. «Guess My Age» continue à s’exporter à l’étranger et fonctionne très bien en Italie. Sept pays proposent le programme (France, République Tchèque, Hongrie, Slovaquie, Slovénie, Italie, Allemagne) et nous avons une vingtaine d’options dans le monde. D’autre part, nous avons vendu aux Etats-Unis un nouveau jeu, «Family Game» dans lequel on doit reconstituer des familles. Deux chaînes américaines sont très intéressées. Nous avons vendu aux Etats-Unis une option sur le format «Hold Up», avec une grosse société américaine qui redéveloppe le format sur leur territoire. Enfin, le format «On Fire» est toujours dans notre catalogue. Nous venons de vendre une option en Italie.

media+ 

Pourquoi s’être associé à The Story Lab, déjà détenteur de «Ninja Warrior»? 

Aurélien LIPIANSKY 

The Story Lab est un nouvel acteur du marché qui s’intéresse aux formats depuis quelques années. Ils ont fait leur preuve avec «Ninja Warrior» et «Game of Clones». Aujourd’hui, ils souhaitent investir en amont sur des créations. Cette démarche nous a permis de tourner un pilote.

media+ 

Le marché audiovisuel est-il en demande de jeux ? 

Aurélien LIPIANSKY 

A l’international, oui ! Beaucoup de jeux ont été présentés lors de ce MIPCOM, contrairement à l’année dernière où la tendance était focalisée sur le factual entertainment. A mon avis, «The Wall» a relancé l’esprit du jeu dans le monde la saison passée.

media+ 

Les créations originales françaises ont-elles plus de perspectives à l’international ? 

Aurélien LIPIANSKY 

C’est toujours plus simple de vendre des formats à l’international qu’en France. Les pays qui font de la création comme les Etats-Unis, l’Angleterre, la Hollande et l’Italie sont ouverts à la création. Quand on les rencontre, on ressent un vrai désir de partir sur des formats papiers. La France reste un pays craintif qui préfère attendre qu’un jeu fonctionne à l’étranger avant de le reprendre en France. «Guess my Age» reste une exception. Je suppose que le jeu reviendra en 2018 mais je ne sais pas encore dans quelle case.