Audiovisuel public: les créateurs inquiets en dépit d’assurances de Sarkozy

    135

    Une trentaine d’organisations de créateurs travaillant pour l’audiovisuel public se déclarent toujours inquiètes vendredi, en dépit d’une lettre reçue du président Nicolas Sarkozy sur le maintien du financement de la création audiovisuelle par France Télévisions de 2008 à 2012. Les organisations, réunies dans un «mouvement du 2 juin», précisent avoir reçu le 16 juin une lettre de Nicolas Sarkozy indiquant que ce dernier attachait «du prix à ce que France Télévisions, en 2008, accomplisse tous les efforts possibles pour la réalisation des objectifs» fixés par le Contrat d’Objectifs et de Moyens (COM). Selon le mouvement du 2 juin, dont le porte-parole est la productrice Fabienne Servan-Schreiber, «il est évident qu’il ne s’agit là nullement d’une garantie de résultat, ni de la part de France Télévisions, ni de la part de son actionnaire», l’Etat français. Une délégation du mouvement, qui rassemble des compositeurs, des scénaristes, des réalisateurs, des acteurs, des musiciens, des producteurs, des distributeurs et des techniciens, avait été reçu le 6 juin par le président Sarkozy. La délégation avait demandé à cette occasion que le président donne par écrit la garantie que le financement de la création audiovisuelle par France Télévisions soit maintenu de 2008 à 2012 au niveau prévu par le COM. Les dirigeants de France Télévisions, ajoute le mouvement, «ont d’ailleurs déjà déclaré publiquement que cet objectif ne serait sans doute pas atteint». Selon le mouvement du 2 juin, cette lettre montre au contraire que le gouvernement «n’entend pas demander à France Télévisions» la mise en oeuvre du COM, en raison des «contraintes de gestion» que pourrait subir la télévision publique dans le cadre de la réforme engagée. Pour le mouvement, qui souligne que les obligations de France Télévisions pour la création ne représentent que 15% de son budget total, ce refus d’engagement témoigne «du désintérêt des pouvoirs publics à l’égard de la création, du financement des oeuvres audiovisuelles et cinématographiques et des industries de l’image».