B. DELECOUR (APVOD) : «Avec la VOD, on recrée du spectacle à domicile»

183

La 4ème édition de la Fête de la VOD se tiendra du 10 au 13 octobre. Cette opération permettra de profiter, à petit prix, de plus de 17.000 films. Pour nous parler de l’évolution du secteur, média+ s’est entretenu avec Bruno DELECOUR, Président de l’Association de la Promotion de la VOD.

media+

Le déploiement de la VOD n’a jamais été aussi puissant. Qui l’aurait imaginé il y a 10 ans ?

Bruno DELECOUR

Il est vrai qu’en une décennie, beaucoup de chemin  a été parcouru, à la fois en termes techniques avec une qualité de connexion et d’interface, mais aussi une offre aujourd’hui abondante. Les acteurs de la VOD ont à leur disposition plus de 17.000 titres. La définition est évidemment en HD voire en 4K. Les utilisateurs ont franchi le pas. Ils sont passés d’un monde physique à un monde virtuel avec beaucoup de facilité. Grâce à la vidéo à la demande, on recrée du spectacle à domicile. La vidéo dématérialisée représente 60% de la totalité du marché vidéo.

media+

Les usages à la demande sont devenus massifs. Cela touche-t-il toutes les générations ?

Bruno DELECOUR

Tout à fait ! Au départ, les jeunes étaient les premiers utilisateurs. Dix ans après, on voit que cela touche toutes les tranches d’âge. C’est le cas également sur le replay gratuit des chaînes de télévision, mais aussi sur la VOD qui est transversale et touche toutes les couches de la population.

media+

Votre rôle est de faire la promotion de la VOD. En a-t-elle vraiment besoin ?

Bruno DELECOUR

2/3 des Français n’ont jamais essayé la VOD, par peur ou méconnaissance. Alors que la France dispose d’une offre de très grande qualité, elle est assez en retard par rapport à ses voisins Allemands et Anglais qui ont des usages deux fois supérieurs aux notres. L’objectif de la 4ème Fête de la VOD est de provoquer ce premier pas vers la VOD transactionnelle. 

media+

Quelle est la vraie tendance : VOD locative ou achat ?

Bruno DELECOUR

L’achat a mis du temps à démarrer en France, pour des raisons techniques et de configuration du marché. Mais il y a une vraie offre d’achat depuis deux ou trois ans. C’est un mode d’accès au cinéma qui se développe rapidement. Le genre cinéma représente d’ailleurs plus de 80% des actes sur ce type d’usage. 

media+

Comment percevez-vous l’évolution future de la VOD ?

Bruno DELECOUR

L’évolution est tellement rapide que nous serons sûrement rattrapés pour une nouvelle révolution. Les usages traditionnels qui consistent à regarder la télévision à heure fixe, disparaissent progressivement. L’utilisateur s’affranchit des horaires, à part pour des événements sportifs et des informations chaudes. Pour le reste des contenus, en particulier pour la fiction, les téléspectateurs veulent commencer à l’heure de leur choix.

media+

L’offre en VOD est-elle suffisamment attractive pour atténuer le piratage ?

Bruno DELECOUR

On observe que l’offre devient abondante et de qualité sur la VOD locative ou la vente. Il est possible de voir les films 3 mois après sa sortie en salles et c’est exceptionnel. Les semaines où sortent en VOD des films attendus du public, il y a des pics d’usages importants. Néanmoins, le piratage reste conséquent en France.