Broissia à Nicolas Sarkozy: «la crise à France 24 doit être réglée»

167

Louis de Broissia, ambassadeur de l’Audiovisuel extérieur de la France et administrateur de France 24 demande au chef de l’Etat que «la crise de gouvernance à France 24 soit réglée», a-t-il déclaré mardi. Louis de Broissia, ex-sénateur UMP de la Côte-d’or, a adressé début mai une lettre, au nom de trois autres administrateurs de France 24 (David Levy, Stéphane Treppoz et Ali Ghandour) demandant au gouvernement de «régler rapidement la crise de gouvernance» qui empoisonne le climat au sein de France 24 depuis près d’un an. Dans ce courrier resté sans réponse et que le journal «Le Monde» a consulté, Louis de Broissia relève que la guerre ouverte entre Alain de Pouzilhac, PDG de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF), et Christine Ockrent, directrice générale déléguée, «défraie les chroniques nationales et internationales», au détriment du travail de la chaîne. Il rappelle que Christine Ockrent a été désavouée par le personnel de France 24 qui a voté une motion de défiance par un vote massif (85%), tandis que les cadres de France 24 et RFI lui ont, eux aussi, retiré leur confiance. «Notre fonction d’administrateurs n’est certainement pas de prendre position mais de demander que cette affaire nuisible pour l’image d’une grande télévision (et pour l’Etat qui nomme les dirigeants) soit tranchée au plus vite», écrit l’administrateur. «Nous savons que si quelqu’un doit trancher le noeud gordien, ce ne peut être que vous, écrit-il à Nicolas Sarkozy.