Bruno Lecluse, P.-D.G de TV Mélody

    198

    Crée en janvier 2001, TV Mélody est une chaîne consacrée à la chanson française des années 1970-1980. Bruno Lecluse, P.-D.G. de TV Mélody revient pour média+ sur ce qui a fait le succès de cette chaîne.

    média+: TV Mélody a été lancée en janvier 2001. Quel bilan pouvez-vous tirer depuis sa création ?

    Bruno Lecluse : TV Melody a trouvé un public avec plus d’un million d’abonnés. D’autre part, nous avons eu beaucoup de chance car il y a un grand engouement pour les années 1970-1980. Nous sommes vraiment portés par une vague forte de redécouverte de ces années là. Même les plus jeunes sont très demandeurs pour découvrir les années 1970. Il n’y a pas beaucoup d’offres de chanson française en télévision. TV Melody est la marque des années 1970-1980 et de la chanson française. Nous sommes une chaîne du câble et du satellite plus thématique parmi une centaine d’autres offres et nous avons une promesse très claire, précise et pertinente.

    média+ : Ne craignez-vous pas que cet engouement pour les années 1970-1980 tombe en désuétude ?

    Bruno Lecluse : Non car quand nous avons crée la chaîne, il n’y avait pas cet engouement. Si vous regardez d’autres formats similaires déclinés en radio comme RFM, Chérie FM, MFM ou Nostalgie…ce sont des radios qui fonctionnaient bien avant qu’il y ait cette vague, il y a toujours eu une clientèle pour revoir les tubes des années 1970. Nous avons une clientèle évidente et presque mécanique par la tranche d’âge: les personnes qui ont entre 30 et 40 ans aujourd’hui en font partie. Je pense que l’aspect vague et mode nous favorise et nous a permis d’y arriver plus vite, mais nous avions prévu d’y aller sans. Même aux Etats-Unis, ce principe fonctionne depuis très longtemps: les formats «gold» fonctionnent très bien.

    média+ : Sur quels supports TV Mélody est-elle disponible ?

    Bruno Lecluse : Les cibles évidentes et principales pour nous sont le satellite et le câble qui restent les plateformes les plus implantées et les plus fortes en France. Mais nous restons bien entendu ouverts à l’adsl, la téléphonie mobile mais c’est encore nouveau. Ce ne sont pas encore des cadres de distribution de masse. Nous n’avons aucune préférence. Nous sommes sur toutes les plateformes. Nous avons donné mandat à CanalSatellite de nous développer sur les mobiles. Beaucoup disent que la télévision sur les téléphones mobiles est destinée aux jeunes mais je pondère cela en rappelant le coût. Ce n’est peut-être pas aussi jeune qu’on le croit car il faut pouvoir se l’offrir. Donc, ce n’est pas sur la téléphonie mobile que nous allons faire la grande base de nos téléspectateurs mais cela peut être un moyen de découverte de mobilité. Je pense que la musique est très bien adaptée à la téléphonie mobile.

    média+ : Vous avez des émissions comme «Melody fiesta» ou «Vidéo mix». Cherchez-vous à séduire un public plus jeune ?

    Bruno Lecluse : En fait, ce n’est pas vraiment jeune ou pas jeune. Nous voulons que les années 1970-1980 soient interprétées sur notre chaîne dans une dimension festive et gaie. Nous ne voulons pas sombrer dans l’aspect triste de ces belles années. C’est pourquoi nous avons fait une nouvelle grille très festive.

    média+ : 1,6 million de personnes par semaine regardaient TV Mélody selon le dernier MédiaCabSat (Janv-Juin 2007) . Quelle évolution prévoyez-vous?

    Bruno Lecluse : Avant juillet 2005, nous étions parmi les chaînes qui avaient moins d’un million de téléspectateurs. Quand vous passez à plus d’un million, vous êtes dans la mesure de toutes les chaînes de télévision française. Nous sommes entrés pour la première fois dans cette catégorie là et Médiamétrie nous a avertis que ces nouveaux résultats marquaient le début de notre mesure. C’est comme si nous n’avions jamais été mesurés auparavant. Par conséquent, nous pouvons dire que nous venons de découvrir notre audience qui est globalement assez CSP+. Ce qui n’est pas surprenant puisque la chanson française n’est pas si populaire et les canaux de distribution des chaînes câble et satellite sont quand même CSP+. Dans 5 ans, notre objectif est de faire une progression d’initialisation: c’est la dimension mécanique. L’univers câble, satellite, adsl et téléphonie mobile touche à peu près un tiers de la population: nous souhaitons effectuer une progression a l’intérieur de l’univers. Je pense que d’ici 5 ans, cet univers là sera amené à doubler; c’est-à-dire à toucher un peu plus de la moitié de la population (entre 50 et 60%) donc dans le doublement de l’univers notre objectif n’est pas que de doubler mécaniquement mais encore d’augmenter.

    média+ : Quel est le budget de la chaîne pour promouvoir la notoriété de TV mélody ?

    Bruno Lecluse : Nous avons un budget marketing important mais nous avons fait connaître la chaîne à l’intérieur d’un univers c’est-à-dire à des gens déjà abonnés au câble et au satellite. Cela a été notre premier objectif. Notre deuxième objectif est de travailler sur la notoriété de la chaîne et nous utilisons tous les vecteurs musicaux pour le faire. Nous prévoyons une très grande opération à la fin de l’année qui va booster la notoriété de la chaîne. Le budget total marketing représente 17% du budget total de la chaîne, le budget total de la chaîne étant de 5 millions d’euros.