C. DUBOIS (Spiil) : «Il faut savoir tirer parti des plateformes tout en conservant son indépendance»

199

A l’occasion de la Journée de la presse indépendante 2021, qui se tient mardi 30 novembre à la Maison des Métallos à Paris, en présence d’une centaine de professionnels du secteur, média+ s’est entretenu avec Cécile DUBOIS, Co-Présidente du Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (Spiil).

media+

Quelle est la vocation de la journée de la presse indépendante ?

Cécile DUBOIS

Chaque année, nous faisons le point sur un certain nombre de sujets d’actualité des médias qui touchent la presse indépendante. Nous allons apporter des éclairages sur des sujets qui nous concernent. Conçue autour de formats innovants et participatifs, cette journée du 30 novembre est placée sous le signe de l’échange entre éditeurs de presse, acteurs publics, entreprises et membres de la société civile. Nous mettons aussi en avant les positions que l’on défend dans l’écosystème de la presse d’information indépendante et du pluralisme en France.

media+

Quelles thématiques allez-vous aborder ?

Cécile DUBOIS

L’un des enjeux essentiels cette année est celui des plateformes numériques. Elles sont devenues incontournables pour les médias. Sous un angle institutionnel, nous traiterons notamment de la question des droits voisins et de l’impact des réseaux sociaux sur les fake news. Les plateformes facilitent en effet la diffusion du contenu, en même temps qu’elles démultiplient la circulation de fausses informations. Sous un angle plus pratique, nous verrons en quoi les plateformes sont des partenaires qui permettent de toucher de nouveaux publics à condition de jouer le jeu d’algorithmes opaques. Elles ouvrent aussi de nouvelles opportunités économiques, tout en captant une partie substantielle des revenus des médias.

media+

Comment tirer parti des plateformes tout en conservant son indépendance ?

Cécile DUBOIS

Il n’y a pas de réponse unique. Chacun a ses recettes pour se positionner. Il s’agit d’une question d’équilibre et de curseur. Nous sommes très nombreux à utiliser les réseaux sociaux. Dans l’une des tables rondes, on se demandera notamment si les médias doivent tout donner aux GAFA.

media+

Quelles sont les propositions du Spiil pour les candidats à l’élection présidentielle ?

Cécile DUBOIS

Nous les annoncerons précisément lors de la journée du 30 novembre. Notre objectif est que les équipes des candidats en campagne réfléchissent à l’avenir de la presse d’information dans notre pays. C’est aussi l’occasion de défendre nos positions. Si le Spiil a été créé en 2009, c’est aussi parce qu’il n’y avait pas de fédérations professionnelles pour la presse en ligne. Ce sont des pure players qui ont fondé ce syndicat. Le Spiil défend l’indépendance des entreprises de presse, la neutralité des supports, l’égalité de traitement entre presse imprimée et presse numérique, l’innovation dans le secteur et la transparence pour garantir la confiance du public. Ces derniers temps, il y a un certain nombre de barrières qui sont tombées entre la presse en ligne et la presse imprimée. La TVA par exemple, a été l’un des premiers combats du Spiil. Il y a eu ensuite l’accès aux annonces légales, et plus récemment l’avènement d’une aide au pluralisme.

media+

La presse indépendante en ligne a-t-elle un avenir ?

Cécile DUBOIS

La presse en ligne a un bel avenir puisque tous les grands médias sont digitalisés. La presse indépendante a également un bel avenir. Nous avons 230 adhérents et près de 300 médias. C’est un beau vivier. Parmi eux, des médias qui se portent très bien comme Mediapart, ou certains titres de presse professionnels. C’est un secteur très vivant, qui se régénère en permanence. Notre travail consiste à les accompagner pour que les sociétés indépendantes se développent dans les meilleures conditions. Nous faisons en sorte qu’elles ne terminent pas forcément dans le giron d’un marchand d’armes, d’un marchand de téléphone ou de luxe.