C. MAJANI (Lou) : «Nous touchons 100 millions de Français chaque mois»

127

Lancé en avril 2023 sur les réseaux sociaux, Lou s’est imposée dans le paysage médiatique comme «le média des femmes fortes et des mères inspirantes». Avec déjà 500 vidéos publiées et plus de 20 millions de vues chaque mois, Lou se positionne un média positif et divertissant qui valorise les femmes. Entretien avec Clémence MAJANI, Rédactrice en chef de Lou.

Lou a rapidement gagné en popularité depuis son lancement en avril 2023. Quel bilan tirez-vous ?

Nous sommes extrêmement satisfaits des performances. Lancer un média de nos jours représente un défi considérable. Mon intuition était juste et j’ai largement compté sur l’équipe de neo, en place depuis quatre ans. Par la suite, nous avons identifié un créneau porteur : le média des femmes fortes et des mères inspirantes. Mon expérience dans une grande société de production télévisuelle, Bangumi, m’a été utile. J’ai su adapter le style télévisuel aux réseaux sociaux, et c’est cette approche qui a été couronnée de succès. Il existe une véritable comptabilité entre la narration télévisuelle et l’écriture digitale. Nous avons même reçu le prix du meilleur lancement de média sur les réseaux sociaux décerné par La Presse au Futur.

Quelles sont les expertises dont vous avez bénéficié chez neo ?

Lou a été lancé par l’équipe fondatrice de neo, un média «positif, populaire et local», actif sur les réseaux sociaux depuis 2020. Ce média a accumulé plus de deux milliards de vues et compte 1,6 million d’abonnés. neo fonctionne comme une start-up, avec des processus adaptés à ce modèle. Ils ont une expertise dans la création de contenus viraux. Nous avons utilisé cette approche pour développer Lou, un média destiné à un public féminin. Le succès repose sur plusieurs éléments-clés : des accroches percutantes, des formats très courts et une règle simple sur Instagram : un Réel pour un message.

Lou est décrit comme un média pour «les femmes fortes et les mères inspirantes». Comment définissez-vous et atteignez-vous votre public cible ?

Lorsque nous créons du contenu, nous nous concentrons toujours sur notre public cible : une femme de 35 ans, active professionnellement et mère de deux enfants. Nous nous demandons ce qu’une femme présente sur les réseaux sociaux souhaite voir pour se divertir. Étant moi-même assez proche de ce profil, il est particulièrement agréable d’être la cible de notre propre média.

Quels chiffres pouvez-vous nous partager ?

Lou, avec ses 500 vidéos déjà publiées, génère plus de 20 millions de vues chaque mois et compte 300 000 abonnés sur des plateformes telles qu’Instagram, Facebook et TikTok. Notre média, à la fois positif et divertissant, met en valeur les femmes. Nous touchons 100 millions de Français chaque mois. Actuellement, notre équipe est composée d’une dizaine de personnes.

Avec plus de 500 vidéos publiées, quelle stratégie de contenu utilisez-vous pour maintenir et augmenter l’engagement de vos spectateurs ?

La qualité du contenu est au cœur de nos choix éditoriaux chez Lou, qu’il s’agisse des sujets abordés, de la production ou du montage. Nous accordons une attention toute particulière aux héroïnes du quotidien, ces femmes ordinaires qui ont des parcours de vie extraordinaires. Ainsi, le témoignage bouleversant d’Anne-Raphaëlle, maman de deux enfants, qui s’est battue pendant 30 ans contre la maladie a ainsi cumulé plus de 6,5 millions de vues. Florence-Anne, maman solo de 9 enfants, a aussi beaucoup touché, avec plus de 2,5 millions de vues. Outre la partie témoignage, des dizaines de personnalités ont été interviewées avec notre propre ton.

En tant que média qui valorise les femmes, quels défis spécifiques avez-vous rencontrés ?

Nous avons rapidement compris l’importance de solliciter des célébrités pour qu’elles partagent leurs expériences de vie familiale et de maman. Mon réseau et mes bonnes relations avec ces personnalités, forgées au fil des 15 années passées à les interviewer pour l’émission «Quotidien» chez Yann Barthès, ont été essentiels. À cette époque, je tenais une chronique intitulée «La Mondaine», ce qui m’a permis de développer un carnet d’adresses.

Quel impact social espérez-vous avoir à travers Lou ?

Une chose est certaine : nous évitons les sujets polémiques et clivants. Nous faisons très attention à éviter tout engagement qui pourrait être perçu comme négatif. Notre objectif principal est de valoriser les femmes.

Et le pari du brand content ?

Prendre en charge les partenariats de marque représente un défi assez nouveau pour moi. Nous collaborons avec de nombreuses marques de renom. Sur le plan commercial, Lou a déjà établi de nombreux partenariats, incluant des entreprises telles que Gallimard, Paramount, La Rosée, Babyzen, Intersport, ainsi que la Fédération Française du Tennis, entre autres. Ces collaborations contribuent significativement à notre succès et à notre croissance.

Quels sont les prochains grands projets pour Lou ?

 Il est essentiel de se maintenir tout en cherchant à se réinventer. Autre objectif : intensifier la production de contenu. On envisage également d’organiser des événements physiques pour permettre à la communauté de notre média de se rencontrer en personne, par le biais d’un festival, d’un salon, de soirées ou de conférences. Cela contribuerait à diversifier nos activités et à renforcer les liens au sein de notre communauté.