P. MARTINETTI (France Télévisions) : «L’ancrage en proximité de nos programmes va être renforcé sur les antennes régionales»

251

Les antennes régionales de France 3 s’imposent comme la première offre d’information de proximité. Un virage stratégique mis en place depuis plusieurs années et qui va s’accélérer à travers également les programmes. Pour nous en parler, média+ s’est entretenu avec Philippe MARTINETTI, Directeur délégué des antennes et des programmes de France Télévisions en charge de l’offre régionale.

MEDIA +

Comment la métamorphose de l’offre régionale de France Télévisions se poursuit-elle ?

PHILIPPE MARTINETTI

La transformation se poursuit d’abord à travers l’offre numérique. La fréquentation des sites de France 3 en région a de nouveau battu un record le mois dernier. Les sites régionaux ont comptabilisé 65,2 millions de visites en avril 2024, soit une moyenne de 2,2 millions de visites chaque jour. Une fréquentation en hausse de 70% sur 1 an. La transformation numérique est le résultat d’un renforcement des équipes et d’une stratégie éditoriale claire : être au cœur de l’information. Une proximité incarnée par des témoignages, des rebonds autour de l’actualité régionale, des histoires proches de nos concitoyens, et, point important, des enquêtes avec du temps plus long qui demandent de l’expertise. Cette accélération numérique va donc de pair avec la transformation de nos éditions d’information : ICI 12/13 et ICI 19/20 qui ont été lancées en septembre 2023. 48 éditions qui mêlent, dans une hiérarchie cohérente, infos locales, régionales, nationales et internationales. Ces changements renforcent la position de France 3 comme le média de proximité.

MEDIA +

Comment évoluent les audiences de vos éditions d’information remaniées ?

PHILIPPE MARTINETTI

Les audiences sont bonnes : samedi 4 mai nous avons battu un record en pda depuis janvier avec 16,6% de pda pour ICI 19/20. + 400.000 téléspectateurs sur 1 an pour les éditions locales à 19h07. Les éditions de la mi-journée et de l’avant-soirée restent stables et nous observons un rajeunissement du public, qui tend à être plus actif. Il est certainement plus attentif à la manière dont nous racontons l’information. Nos éditions sont dorénavant pilotées intégralement par les antennes régionales et ça va aller en s’amplifiant à la rentrée. Les 24 rédactions régionales contrôlent désormais complètement les contenus des journaux, apportant ainsi une touche de modernité et permettant une connexion plus empathique avec les téléspectateurs. Dès la rentrée, une nouvelle édition centrée sur l’information régionale sera diffusée nationalement à midi, juste avant les JT régionaux de 12h25.

MEDIA +

Quelles passerelles établissez-vous entre le numérique et le linéaire ?

PHILIPPE MARTINETTI

Vous touchez du doigt l’une des dimensions importantes de notre stratégie. Les très bonnes audiences établies sur le numérique sont liées à une stratégie globale d’information. Il y a un véritable écosystème autour de l’info régionale. Ainsi, si une enquête génère un intérêt particulier sur nos sites, elle trouvera également un écho dans nos JT.

MEDIA +

De nouvelles collections documentaires à venir ?

PHILIPPE MARTINETTI

Oui, car la transformation de notre chaîne s’étend également à nos programmes. La stratégie est de renforcer la présence du média régional dans la vie quotidienne de la cité en diversifiant et en enrichissant nos contenus pour un impact plus fort. Cela se manifeste clairement dans notre logique documentaire. Nous avons lancé la production de la saison 3 de «La conspiration du silence», l’épilogue de la série documentaire sur les disparus de l’Yonne. Cette dernière a connu un grand succès : 1,7 million de vues sur France.tv et des audiences remarquables tant sur les antennes régionales de France 3 que sur France 2, une première pour une collection pilotée par les régions. Une autre collection impactante est prévue pour 2025 avec l’ensemble des antennes régionales: «La tentation terroriste» (titre provisoire). Il s’agit de 7 documentaires qui reviennent sur des histoires fortes en région qui ont marqué notre histoire récente comme la présence de l’ETA au Pays basque français, le nationalisme militant en Corse, ou encore les crises viticoles en Occitanie.

MEDIA +

Et sur les programmes ?

PHILIPPE MARTINETTI

JNous lançons le 17 mai sur France 3 en Prime Time «Le Grand concert des régions». Il s’agit de la première grande collaboration menée conjointement par les régions et la direction des divertissements de France Télévisions. La première édition de ce concert a été enregistrée à Aix-en-Provence et présentée par Laury Thilleman et Laurent Luyat, avec la participation d’Adrien Gavazzi de France 3 Provence-Alpes. Ce projet illustre notre volonté de diversifier nos contenus.

MEDIA +

Quelle forme prend le renforcement de la collaboration avec France Bleu ? Quels bénéfices mutuels attendez-vous de cette synergie accrue ?

PHILIPPE MARTINETTI

Au cours des dernières années, France Bleu et France 3 Régions ont travaillé à un rapprochement éditorial et à des convergences entre programmes et antennes. L’idée est d’amplifier cette dynamique pour une offre de service public de proximité puissante et cohérente. En ayant des contenus communs, en misant sur la complémentarité des antennes et en gardant la singularité des deux médias, nous proposons une offre diversifiée sous la marque commune ICI. C’est la garantie d’un service public de proximité pérenne, performant et qui répond aux nouveaux usages : web, tv et radio. Le lancement de «ICI Matin», notre matinale commune, illustre cette stratégie. À partir de la rentrée le 9 septembre, les 36 matinales commenceront à 6h30, soit une demi-heure plus tôt, et se poursuivront jusqu’à 9h. Nous envisageons de renforcer notre présence événementielle dans les domaines culturels et sportifs. On prévoit aussi de consolider notre position dans le numérique, notamment avec l’application ICI.

MEDIA +

Est-il vrai que France 3 vise à être rebaptisée ICI ?

PHILIPPE MARTINETTI

La marque ICI est déjà très présente sur nos antennes, à partir de septembre elle sera encore plus visible sur la programmation régionale. Ce qui est certain, c’est que depuis le lancement de la régionalisation de France 3 par la présidente de France Télévisions, nous avons augmenté le temps d’antenne en région, renforcé la production interne et favorisé la construction d’un écosystème de production régionale. Cette stratégie qui allie édito et moyens va être confortée. L’ancrage en proximité de nos programmes va être renforcé sur les antennes régionales.