C. MONTIERS/C. CHIROUX (Groupe TF1) : «Il existe une mixité au sein de l’entreprise avec 50% de femmes et 50% d’hommes»

1395

La mixité hommes/femmes, un vrai enjeu pour TF1. Le détail des initiatives nous est expliqué par Cécile MONTHIERS, Directrice du Développement des Talents en charge de la Diversité/Mixité F/H au sein de la DRH du Groupe TF1 et Christelle CHIROUX, Chef du Pôle Spécialistes à la rédaction de TF1.

média+ : Quelle est la place des expertes aujourd’hui au sein des JT de TF1 ?

Cécile MONTHIERS : En interne, nous avons mené une étude quantitative et qualitative sur nos journaux télévisés. Parmi les femmes interviewées dans nos reportages, on en comptabilise 34%. Quand il s’agit d’expertes dans les JT, on atteint moins de 25%. Cela correspond à peu près au pourcentage des autres médias.

média+ : Pourquoi les femmes expertes sont-elles moins présentes dans les médias ?

Christelle CHIROUX : Une chose est sûre, il ne manque pas de femmes expertes sur le marché. Il s’agit juste d’une histoire liée à notre tradition culturelle avec une société patriarcale et masculine où les hommes répondent plus facilement à des demandes d’interviews que les femmes. Ces dernières doivent prendre le pouvoir et accepter de témoigner dans nos sujets et sur nos plateaux. En tant que journaliste, nous avons aussi notre part de responsabilité avec nos carnets d’adresses. On travaille très souvent dans l’urgence et nous faisons parfois appel aux mêmes protagonistes. Nous devons aller vers plus d’expertes. Il y a une vraie prise de conscience pour refléter la société dans laquelle nous vivons, à savoir 50% de femmes et 50% d’hommes.

média+ : Être contraint par des quotas, n’est-ce pas la bonne méthode ?

Christelle CHIROUX : Nous aimerions ne pas arriver aux quotas. Nous devons  faire notre autorégulation pour assurer une représentation équilibrée des expertes et des experts.

média+ : Plus largement, quelle est la politique «diversité» au sein du Groupe TF1 ?

Cécile MONTHIERS : Il existe une mixité  au sein de l’entreprise avec 50% de femmes et 50% d’hommes. En revanche, des disparités persistent en fonction des métiers du groupe. Depuis quelques mois, nous essayons de développer la présence des femmes dans les instances de managements. Chez les jeunes managers, nous sommes à 47% de femmes. Néanmoins, parmi les 150 managers du groupe, il n’y a que 35% de femmes (contre 28% il y a 18 mois). Un effort est accompli quotidiennement avec le DRH et le Comité exécutif de Gilles Pelisson. Sa première initiative a été d’intégrer une 2ème femme dans son Comex de 10 personnes (arrivée d’une directrice de la stratégie, en plus de la directrice de l’information), et de féminiser le conseil d’administration. La mixité en interne est porteuse de créativité et d’engagement des collaborateurs.

média+ : Quelles sont les initiatives prises par le Groupe TF1 pour maximiser la mixité ?

Cécile MONTHIERS : On a créé il y a 1 an, un réseau mixte, Fifty Fifty, qui regroupe des hommes et des femmes, cadres ou non, ayant pour vocation de soutenir les développements personnels et professionnels de nos membres, tout en créant du lien entre eux. Autre initiative, 120 journalistes vont être formés à la mixité dans des ateliers de formation où ils sont sensibilisés à  la pratique de la mixité et l’empreinte que cela génère auprès des téléspectateurs. Enfin, un annuaire commun des expertes va être mis en place pour toutes nos rédactions (TF1, LCI et Web).