Concurrence: Londres examine plusieurs partenariats entre des géants de la tech et des start-up d’IA générative

48

L’autorité britannique de la concurrence, la CMA, a annoncé mercredi qu’elle examinait plusieurs partenariats entre des géants de la tech et des start-up d’intelligence artificielle (IA) générative, en particulier entre Microsoft et Mistral AI ainsi qu’entre Amazon et Anthropic. La société française Mistral AI, l’un des deux champions de l’IA en Europe, avait dévoilé en février un partenariat avec Microsoft et son IA conversationnelle. Amazon a pour sa part investi depuis septembre 4 milliards de dollars dans la société américaine Anthropic. La CMA lance une «invitation à commentaires», qui court jusqu’au 9 mai, mais ce n’est pas une enquête formelle à ce stade, précise-t-elle dans un communiqué. Le régulateur dit aussi s’intéresser aux accords de Microsoft avec Inflection AI, notamment pour l’embauche d’anciens employés de cette start-up. Mais la CMA n’a pour l’instant «tiré aucune conclusion quant à savoir si les transactions relèvent des règles britanniques en matière de fusion ou soulèvent des problèmes de concurrence au Royaume-Uni», selon le communiqué. Les modèles d’IA «ont le potentiel d’avoir un impact fondamental sur la façon dont nous vivons et travaillons tous» et la concurrence dans ce secteur est «essentielle pour garantir que les citoyens et les entreprises du Royaume-Uni profitent pleinement des avantages de cette transformation», a déclaré Joel Bamford, un responsable de la CMA, cité dans le communiqué. En décembre, la CMA avait déjà annoncé qu’elle étudiait le partenariat entre le géant américain Microsoft et le champion de l’IA générative OpenAI (créateur de ChatGPT), afin d’évaluer si ce partenariat s’apparente à une fusion. Le gendarme britannique de la concurrence «examine les commentaires reçus» dans ce cadre et attend des informations complémentaires des entreprises, mais n’a pas non plus ouvert à ce stade d’enquête formelle sur ce rapprochement, a-t-il aussi indiqué mercredi. La Commission européenne, gendarme de la concurrence dans l’UE, se penche pour sa part depuis janvier sur l’investissement de Microsoft dans OpenAI et, depuis février, sur le partenariat entre le géant américain et Mistral. Aux Etats-Unis, l’autorité américaine de la concurrence (FTC) avait annoncé en janvier une enquête sur les investissements de plusieurs milliards de dollars réalisés par Microsoft, Google et Amazon dans les principales start-up d’IA générative, OpenAI et Anthropic. «La CMA doit être prudente, car une enquête formelle sur un modeste accord de partenariat, fondée sur des préoccupations spéculatives, pourrait être extrêmement perturbatrice et dissuader les investissements» dans le secteur, a réagi Matthew Sinclair, un responsable au Royaume-Uni du lobby des géants de la tech, la CCIA.

«C’est sans précédent pour la CMA d’examiner une collaboration de ce type», a réagi de son côté Amazon. «Contrairement à d’autres partenariats entre des start-up d’intelligence artificielle et de grandes entreprises technologiques, notre collaboration avec Anthropic comprend un investissement limité, ne donne pas de rôle d’administrateur ou d’observateur» entre autres, a souligné un porte-parole du géant américain. «En investissant dans Anthropic (…) nous aidons à rendre le segment de l’IA générative plus concurrentielle que lors des deux années», a affirmé Amazon.