Contrôler l’accès des mineurs aux réseaux sociaux, une mission délicate pour le gouvernement français 

59

Afin de mettre en place un «verrou numérique» empêchant notamment l’accès des moins de 13 ans aux réseaux sociaux, envisagé par le Premier ministre Gabriel Attal, des outils existent mais ils ont leurs limites. Contrôle de l’âge Dans une interview au quotidien Le Parisien dimanche, Gabriel Attal annonce vouloir «travailler avec les plates-formes» pour bloquer l’accès des moins de 13 ans aux réseaux sociaux et conditionner celui des 13-15 ans à l’accord des parents, plutôt que de «prendre des décisions contraignantes» au niveau de l’Etat. «C’est un chantier très difficile mais pas impossible», veut-il croire. «Je pense qu’il y a un chemin pour y arriver en collaboration avec les plates-formes. Facebook, Twitter, TikTok et autres ont conscience de l’enjeu réputationnel pour eux. Ils joueront le jeu.» Déjà soulevée par l’interdiction d’accès des mineurs aux sites pornographiques, la question du contrôle de l’âge des utilisateurs, et plus généralement de l’identité numérique, a trouvé des réponses techniques. Certaines applications, comme le réseau social français Yubo, font appel à la société britannique Yoti, qui a développé un système d’évaluation de l’âge à partir d’une photo, fondé sur l’intelligence artificielle. Mais le déploiement de ces outils reste rare car, au-delà de leurs aspects techniques, ils doivent être conformes à des exigences légales. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) signale ainsi que le contrôle de l’âge conduit «à collecter des données personnelles et présente des risques pour la vie privée». Conformément au Règlement européen de protection des données (RGPD), des outils comme la reconnaissance faciale voient leur usage très limité. En outre, les restrictions sur l’âge, même imposées par l’Etat, peuvent être contournées: en Chine, depuis 2021, les moins de 14 ans ne peuvent passer plus de 40 minutes par jour sur Douyin, la version chinoise de TikTok, et le temps de jeu en ligne des mineurs est limité. Ces restrictions sont rendues possibles par un contrôle strict de l’âge des utilisateurs, car l’accès aux réseaux sociaux et aux applications de messagerie ne peut se faire qu’avec un numéro de téléphone valide, lié à un document d’identité. En cas de doute sur l’âge, une photo d’identité peut aussi être réclamée. Mais ces limites ne s’appliquent qu’aux supports connectés. Rien n’empêche donc un enfant de jouer sur un support non connecté. Par ailleurs, les parents peuvent contourner l’interdiction en laissant leurs enfants jouer grâce à un numéro d’identité d’adulte. 

Limitation du temps d’écran : La limitation du temps passé par les enfants sur les écrans est aussi une priorité du gouvernement. A l’initiative du Président Emmanuel Macron, des experts planchent sur le sujet et leurs préconisations, attendues en avril, «pourraient par exemple être regroupé(e)s dans un guide du bon usage», indique M. Attal. En France, des outils de limitation du temps d’écran pour les mineurs sont déjà disponibles sur certaines applications ou téléphones, et sont d’ailleurs listés sur un site gouvernemental. Les parents peuvent ainsi limiter le temps passé sur les réseaux sociaux Instagram ou TikTok, définir une limite de connexion en ligne sur les iPhone ou les consoles Nintendo, ou installer une application de contrôle parental développée par Google, permettant de restreindre la durée globale en ligne ou par application.