D. GIARD (Bayard Jeunesse) : «Nous allons continuer de produire du contenu local et global»

349

Éditées par Bayard et Milan, les applications BayaM & Maternelle Montessori œuvrent au quotidien pour proposer des contenus numériques intelligents et protégés, pour des moments de partage parents/enfants garantis. Le groupe de presse a pour ambition d’étendre son développement en France et dans le monde, et s’engage à créer des contenus culturels, créatifs et éducatifs au service de tous : les enfants, les professionnels et les familles. Parce que Bayard a toujours voulu être là où sont les enfants. Tour d’horizon avec Damien GIARD, Directeur du numérique de Bayard Jeunesse. 

Comment parlez-vous des enjeux numériques aux enfants ? 

En leur proposant des contenus adaptés qui correspondent à leurs usages. Le groupe Bayard est fortement engagé sur les usages numériques pour les 3-10 ans, notamment à travers son application, BayaM, téléchargée plus d’un million de fois depuis sa création en 2017. Une attention particulière a été portée aux usages numériques des plus petits, en développant notamment une gamme d’outils permettant aux parents de contrôler finement leurs usages numériques (chronomètre, pas de collecte de datas, zéro publicité).

 

Outre les déclinaisons numériques de vos marques, créez-vous des contenus digitaux originaux ? 

Oui, nous les diffusons sur nos plateformes. Ces contenus originaux basés sur des thématiques comme «développer sa créativité» ou «la connaissance de soi» sont conçus par des auteurs qui collaborent déjà avec Bayard et Milan sur les magazines et livres. Nous abordons ensemble le monde numérique avec la même exigence d’éditeur que nous l’avons toujours fait dans nos productions magazines, livres, audio et audiovisuelle. En proposant à l’enfant un environnement d’expérimentation où il peut, en toute autonomie, progresser dans ses apprentissages en utilisant tous ses sens. En offrant une réponse universelle qui s’adapte à tous les enfants.

 

Comment développez-vous vos l’audio ?

Le groupe Bayard propose aujourd’hui un catalogue audio de 400 livres audio à écouter sous un label dédié : « À écouter », mais aussi des séries podcasts qui ont déjà atteints plus de 20 millions d’écoute en France. Nous avons lancé cet automne, Bayard Audio. Grâce à cette entité, nous déployons une nouvelle stratégie audio autour de la création et de la diffusion sur toutes les plateformes dans le but de rejoindre un maximum de familles et d’explorer tous les modèles notamment d’abonnements, importants à l’heure où les usages audio se développent. A partir du 24 février les enfants et les familles pourront retrouver sur toutes les plateformes nos grands héros : Anatole Latuile, Petit Ours Brun, SamSam et à ce jour, nous avons un podcast particulièrement écouté : «La Grande Histoire de Pomme d’Api».

 

Qu’est-ce qui fonctionne le mieux sur le digital chez vous ?

«Petit Ours Brun» cartonne sur YouTube, «Pomme d’Api» en audio et les jeux de nos héros Ariol ou SamSam sur BayaM. Nos univers fonctionnent partout. En tant qu’éditeur de presse, nous conservons une relation directe avec nos clients. C’est pourquoi on concentre nos efforts notamment sur l’application BayaM pour entretenir un dialogue différent de ce qu’ils peuvent trouver ailleurs.

 

Quelle est votre logique sur YouTube ?

Nous déployer nos grandes marques dans une stratégie d’audience. L’idée n’est pas d’inonder YouTube de tous nos contenus mais de pouvoir au moins retrouver certains de nos héros ou de tensions édito comme l’actu. La chaîne de Petit Ours Brun va dépasser le million d’abonnés dans quelques jours et celle d’info mytho les 500k abonnés.

 

Vous possédez aussi Maternelle Montessori. Quel est l’enjeu de l’app’ ?

Le Groupe Bayard a une logique de croissance sur le numérique. Nous avons fait l’acquisition d’Edoki, une entreprise disposant d’un studio de développement à Montréal et qui possède notamment l’application : La Maternelle Montessori. Cette dernière est déclinée en 8 langues et diffusée dans tous les pays du monde. Avec plus de 1.000 activités disponibles dans l’abonnement, l’application offre aux enfants des activités variées pour apprendre à lire, écrire compter et même coder. Cette acquisition est un gros virage pour nous puisque nous touchons maintenant des centaines de milliers de familles abonnées dans le monde entier. Avec BayaM, ma Maternelle Montessori et d’autres apps à venir nous construisons un champion français et européen qui va se glisser entre les grandes plateformes chinoises et américaines.

Le digital nous met face à un défi : résister à l’éparpillement de notre attention. Vous confirmez ?

Oui, c’est un défi majeur et c’est pour cela que nous privilégierons toujours, pour l’enfant, un mode actif devant un écran et non une attitude passive de ce temps d’exposition. C’est dans la manipulation, l’agilité face aux contenus proposés que le cerveau se construit. Nous pensons que le monde appartient à celui qui utilise ses sens, son intuition, ses émotions. Celui qui manipule les objets, qui écoute les récits qui font vibrer, qui expérimente par lui-même. Nous pensons aussi que l’avenir est à celui qui prend le temps et qui sait se déconnecter pour être vraiment là.

Les enfants sont aussi sur TikTok. Vous y êtes ?

Nous n’avons pas encore de démarche pro-active sur TikTok. Nous diffusons quelques contenus pour marquer notre présence auprès des parents et des ados (Phosphore, I Love English, Maternelle Montessori). Il faut tenir compte de l’évolution des usages cependant cette plateforme pose question et il faut entamer des discussions avec ses dirigeants pour faire un peu évoluer l’accueil des plus jeunes ou les principes de recommandations qui peuvent laisser à désirer.

 Votre feuille de route pour les prochaines années ?

Développer une offre digitale de qualité qui aide les enfants à grandir, se divertir et s’épanouir et qui s’appuie sur une diversité de créations. Développer un modèle digital autour des propositions d’abonnements Bayard/Milan innovant, s’appuyant sur nos propres clients et de nouveaux partenaires externes. Continuer de financer une création qui reste pertinente pour les enfants et leurs familles. Créer du contenu original venant de France, mais aussi à l’international. Avec nos différentes filiales situées à l’étranger, nous allons continuer de produire du contenu local et global.