D. HASTIER (France 3) : « La chaîne apporte un nouvel élan à son offre éditoriale »

675

Pour la rentrée à venir, France 3 vise à renforcer son rôle de média de proximité en structurant davantage ses soirées autour de thématiques. Accompagnée par de nouveaux visages, la chaîne apporte un nouvel élan à son offre éditoriale. Pour nous détailler davantage son plan stratégique ainsi que ses ambitions, média+ s’est entretenu avec Dana HASTIER, Directrice exécutive de France 3.

média+ : Quelles sont vos priorités sur cette rentrée ?

Dana HASTIER : l’un de mes premiers souhaits est de renforcer la puissance de la chaîne à partir de 19 heures. C’est un créneau qui avoisine les 11% de part d’audience depuis 7 ans. D’où ma volonté de faire venir Thomas Thouroude (en alternance avec Céline Géraud, le week-end)pour incarner «Tout le sport», une émission de divertissement sportif, et d’accentuer ainsi la dimension «jeune» de la chaîne avec «Plus Belle la Vie» qui suit le magazine. La deuxième priorité est d’être extrêmement clair d’un point de vue éditorial sur les Prime Time. A ce titre, nous allons miser chaque lundi sur une case «aventures, nature et découverte», suivi des «fictions de société» le mardi, «patrimoine et histoire» le mercredi, «cinéma et film d’auteur» le jeudi, «divertissement» le vendredi, «fictions régionales» le samedi et enfin «séries européennes» le dimanche. Avec 27 chaînes gratuites, le téléspectateur doit s’y retrouver. A l’issue de l’été 2017, nousespérons atteindre 9% de pda.

Comment avez-vous restructuré la case du lundi en Prime Time ?

En modifiant sa programmation et son incarnation, «Thalassa» renouvelle sa promesse avec Fanny Agostini. Au programme, plus de reportages sur le littoral, les océans et l’environnement. En alternance, Carolina De Salvo et Philippe Gougler partiront à l’aventure avec «Faut pas rêver». Le tandem Jamy Gourmaud et Myriam Bounafaa continuera d’explorer la terre, la nature et ses phénomènes dans «Le Monde de Jamy». Entre 3 et 4 fois par an, Muriel Robin et Chanee partageront leurs rencontres avec les espèces  animales en danger.

Votre intention est-elle d’incarner tous les programmes de France 3 ?

Absolument ! Et les incarnations passent d’abord par nos fictions. Corine Masiero, (Capitaine Marleau)  Michèle Bernier (la stagiaire) et Astrid Veillon (tandem) incarnent nos trois nouvelles séries, sans oublier Gwendoline Hamon pour «Cassandre». Nous avons su renouveler l’offre en fiction tout en la féminisant. D’ailleurs, tous les deux mois, nous proposerons des fictions aux sujets très forts comme l’adaptation du livre de Flavie Flament. Nous aurons aussi des mardis consacrés aux grands sujets de société avec des débats animés par Carole Gaessler.

Le patrimoine et l’histoire, deux thématiques sur lesquels vous allez investir ?

En plus «Des racines et des ailes» qui fêtera ses 20 ans cette année. le mercredi, nous mettrons en lumière une douzaine de grands documentaires historiques : de la révolution d’octobre 1917, à mai 68 en passant par les grandes aventures entrepreneuriales de l’Oréal et Dassault.

La dimension «divertissement» sur France 3 a-t-elle définitivement sa place ?

Oui, mais il faut que cela nous ressemble. C’est le cas le vendredi en Prime Time avec «Qui veut prendre la suite ?» porté par Eglantine Emeyé où nous aidons les artisans à trouver des repreneurs de leur entreprise. De plus, le divertissement doit rester à un certain niveau de qualité avec un engagement en faveur des œuvres. Avec les régions, nous investissons 40 M€ sur les documentaires. De plus, nous programmes de plus en plus des primes-times de spectacles vivants. France 3 est une chaîne qui a des missions et des engagements.

Il s’agit d’un équilibre entre une dimension de «divertissement» et une ambition plus axée sur les auteurs et les œuvres.

média+ : Prévoyez-vous de réaménager vos jeux d’après-midi ? 

Dana HASTIER : Pas pour l’instant. Les jeux proposés actuellement sont stables. Ils restent donc en place. Nous sommes très fiers de «Slam». D’ailleurs, on réfléchit très sérieusement à un jeu d’aventures en Prime Time pour Cyril Féraud dans la veine de «Des racines et des ailes», mais en jeu. L’idée est de proposer le programme le mercredi pendant les vacances scolaires au cours du 1er semestre 2018. Deux numéros seront tournés. Si cela fonctionne, le format sera régulièrement à l’antenne pendant les vacances scolaires.

Désormais, le vendredi est consacré aux divertissements culturels et aux spectacles. Pourquoi se positionner frontalement aux «hits formats» de TF1 ? 

Je cherche le point d’intersection entre mon modèle économique, des portraits d’artistes, la série théâtrale «On refait le sketch» de Pierre Palmade ou encore des soirées spéciales «Chorales».

Un mot sur le week-end ?

Le fond de grille du samedi reste le même. L’émission «Les Grands du Rire», qui réunit près d’1,3 million de téléspectateurs chaque samedi, quel que soit la concurrence, sera décliné aussi le dimanche. Wendy Bouchard de son côté incarnera un magazine dominical culturel très rubriqués.